image_pdfimage_print

Roboratif ? Bourratif ? Pas du tout ! En réalité, le mot « roboratif » signifie « fortifiant », et c’est pour cette raison que l’on parle très justement d’un remède roboratif quand il fortifie, quand il redonne des forces.

Le mot vient d’un mot qui a aujourd’hui disparu : « roborer », qui signifiait « renforcer ». Et ce mot « roborer » venait du latin robur qui désigne le rouvre, sorte de chêne dont le bois est dur, d’où le sens figuré de fort, de résistant. C’est la même étymologie que « robuste », ou « corroborer », qui signifie « renforcer le sentiment de véracité ». Par exemple, les sciences de la nature ne démontrent jamais rien (seules les mathématiques peuvent démontrer), mais elles corroborent des hypothèses.

Au fait, d’où vient « robur » ? De la racine « rub », qui signifiait « rouge » : d’ailleurs, le chêne rouvre est un chêne rouge. Et rub a donné « roux », « rubicond ».

J’en profite d’ailleurs pour signaler que « rutilant » ne signifie pas « brillant »… mais rouge ! Rouge comme le minéral nommé « rutile », qui est un dioxyde de titane avec des traces de fer.

Par Hervé This