image_pdfimage_print

Le chef Ja Euarchukiati ouvre 5 Baht © Marine Brusson (1)

C’est surement l’une des rares tables qu’il manquait encore à Paris. Une véritable « Thaï Noodle House” comme à Bangkok ! La cheffe thaïlandaise Ja Euarchukiati a ouvert en septembre 2019, son tout premier établissement en plein cœur du Marais, au 10 de la rue Saint-Merri (Paris 4).

Le décor, cosigné par WT design studio à Bangkok et Dorénavant Studios Paris, assurera le voyage i vers la Thaïlande : du bambou partout, une grande cuisine ouverte sur les chaudrons de bouillons destinés à cuire les nouilles, lampes up-cyclées, suspensions en bois tressé, comptoirs hauts…

la salle de restaurant 5-baht © marinebrusson

JA EUARCHUKIATI – CHEFFE INSPIRÉE

Née en Thaïlande, Ja Euarchukiati s’installe aux Etats-Unis à l’âge de 16 ans. Diplômée en Business Administration, elle retourne en Thaïlande travailler dans la finance et la banque avant de venir s’installer en France. Son amour pour la cuisine thaïlandaise la rattrape et sonne alors comme une évidence : faire de sa passion son métier. Après avoir obtenu son diplôme de cuisine thaïe à la Mandarin Oriental Hotel School, Ja fait ses classes au Mandarin Oriental de Londres. Arrivée à Paris il y a plus de 10 ans, elle crée Ja’s Kitchen, son entreprise de cheffe à domicile et devient alors la première cheffe thaïlandaise reconnue de la capitale.

En septembre 2019, l’aventure continue avec 5 Baht, l’ouverture de son premier restaurant à Paris.

Après son école de cuisine, Ja Euarchukiati ouvre son restaurant © Marine Brusson

5 BAHT – COMME À BANGKOK

Exit les classiques, la carte compilera des spécialités plus rares de la cuisine thaïe, tout fait maison bien-sûr, à manger solo ou à partager, comme ce riz souflé à tremper dans un coulis au lait de coco, poulet mariné finement haché, crevettes et cacahuètes (Khao Tang Na Tang) ou encore cette étonnante soupe Kouy Tiew Phed, une recette familiale de canard grillé braisé longuement et servi avec sa soupe de nouilles, bourrée d’herbes et d’épices, qui fond dans la bouche.

Pas d’impasse sur le dessert avec des propositions très actuelles comme ce Chocolate Na Nim Cake, l’adaptation thaïe du légendaire chocolate fudge cake américain, devenu tellement populaire qu’on en trouve maintenant dans toutes les pâtisseries ou salons de thés du pays.

Pourquoi « 5 Baht » ?

Parce que c’est le prix du bol de nouilles que la cheffe Ja Euarchukiati commandait autrefois dans les ruelles de Bangkok.

Son envie ? Nourrir le corps et le cœur avec une cuisine de goûts, réconfortante et au prix juste. Pour 5 Baht, Ja Euarchukiati s’est pleinement inspirée, dans le décor comme dans l’assiette, des gargottes typiques du centre du pays qui bordent les rivières et servent à toute heure d’excellentes nouilles et petits plats à partager.

 

5 BAHT

10 rue Saint-Merri, 75004 Paris

Ouvert du mardi au samedi, au déjeuner et au dîner