Ouverture du Spa de Magali et Jean Sulpice à l’Auberge du Père Bise

C’est la première fois que L’auberge du Père Bise à Talloires, ouvre un Spa. Depuis 2016, date à laquelle Magali et Jean Sulpice ont quitté leur restaurant étoilé à Val Thorens pour reprendre cette maison mythique fondée en 1903, ils n’ont cessé de faire des travaux et entreprendre des projets d’embellissement, personnalisant ce cadre paradisiaque, au bord du lac d’Annecy. Ils ont paysagé l’extérieur avec soin, rénové la maison, embelli toutes les chambres, en ont supprimé trois pour créer une seconde table, « le bistrot 1903 ». Le 15 août 2020,  ils ouvrent  le tout nouveau Spa de l’Auberge du Père Bise.

Magali Sulpice "Un Spa naturel, épuré, quasi monacale" ©Sandrine Kauffer-Binz

Magali Sulpice dévoile un Spa naturel, épuré, quasi monacale ©Sandrine Kauffer-Binz

« Nous devions ouvrir au mois de juin, mais les travaux ont été sensiblement retardés en raison du Covid », explique Magali Sulpice. Sommelière de métier, elle a pris en charge l’hôtel et le Spa depuis leur rachat de L’auberge du père Bise.

Avec Jean Sulpice, ils ont pris le temps de la réflexion pour concevoir un Spa à leur image, qui leur corresponde. Rien n’est dans la démesure, l’univers est « monacale », épuré.

« Il s’agit d’un lieu pour se ressourcer, comme une retraite « spirituelle », explique Magali. Simplicité, sobriété et humilité sont les maitres-mots qui définissent les espaces aux matériaux bruts et naturels. Pieds nus sur le tapis berbère tissé main, le bien-être est décuplé. Le confort proposé se veut sans artifice grâce à un mobilier de grande qualité. On retrouve, en ce lieu paisible, la fluidité et la naturalité de l’univers de Jean Sulpice. Les formes, les teintes, les matières inspirent la douceur et le délassement..

3 cabines avec une musique pour chaque soin -DR

Dans les trois cabines de soin, la lumière et la musique ont été méticuleusement étudiées. « Nous avons fait enregistrer des sons tels les vagues du lac et non pas de la mer, le feuillage des arbres, mais précisément du noyer et du chêne », précise-t-elle. « Il y a une musique différente pour chaque soin », rajoute-t-elle précisant travailler avec la marque Exertier qui propose des soins naturels réalisés à partir de plantes locales, Miel de Savoie, fenaison des alpages, orchidée des Alpes et Menard; une marque japonaise développe une philosophie, où beauté du corps et de l’esprit ne font qu’un.

Le bassin de nage évoque une grange savoyarde-auberge Père Bise ©Sandrine Kauffer-Binz

Il faut prendre l’ascenseur et monter au premier étage pour découvrir la piscine, et ses grandes baies vitrées offrant une vue sur le lac. Un fond sonore subaquatique diffuse de la musique classique et nager sous-l’eau sur une symphonie de Mozart ou Beethoven plonge dans une expérience sensorielle unique.

La bâtisse totalement restaurée s’inspire de l’architecture d’une grange savoyarde, et l’architecture en bois brut, de type « cathédrale » permet de prendre de la hauteur, à moins de s’élever au troisième niveau, et découvrir l’espace de bien-être.

L’espace bien-être au 3ème étage ©Sandrine Kauffer-Binz

Hamman, sauna, puit d’eau froide et douche sensorielle complètent les prestations du nouveau Spa. La piscine se prolonge par une terrasse-solarium avec grand jacuzzi extérieur.

www.perebise.com

 

Par Sandrine Kauffer-Binz

Crédit photos ©S. Kauffer-Binz

 

 

RELIRE 

Livre ; Jean Sulpice, « Le chef, l’auberge et le lac »

[VIDÉO] Jean Sulpice remporte le Challenge VTT des chefs

Jean Sulpice cuisinier de l’année.




Jean Sulpice présente son livre " le chef, l’auberge et le lac" ©Sandrine Kauffer-Binz

Livre ; Jean Sulpice, « Le chef, l’auberge et le lac »

C’est son 6ème livre, celui de la maturité. Deux ans de réflexions pour voir naitre ce chef-d’œuvre éditorial qui parait chez Glénat. « C’est le livre le plus personnel que j’ai réalisé », souligne Jean Sulpice quand il découvre au matin du 28 août 2020, son nouvel ouvrage.

Caressant la texture de la couverture, admirant son bleu profond, reflet des profondeurs du lac, le chef est visiblement ému. Il s’y dévoile, retrace son parcours, raconte l’histoire de ses plats « cherchant à mettre l’eau du lac dans ses assiettes », et partageant une quarantaine de recettes.

Les textes sont signés Jacky Durand et les photos Thomas Dhellemmes, deux auteurs avec lesquels il a déjà collaboré.

Ensemble, ils peignent un tableau épuré sur la nouvelle auberge du Père Bise, ses valeurs et ses finalités, empreint d’une ambiance familiale, où règne l’humilité et la sérénité, à l’abri des platanes-mûriers.

Jean Sulpice découvre son dernier livre  » le chef, l’auberge et le lac » ©Sandrine Kauffer-Binz

Du « diner ultime » au bord du lac, comme une expérience avec vue imprenable sur la baie de Talloires, ses mythiques couchers de soleil, ce calme olympien à la nuit tombée, pour un instant de plénitude. Le matin, la nature se réveille et déploie ses charmes vivifiants. Le chef, en « premier de cordée » offre une « poésie pastorale » avec  ses saveurs extraits de panier de la nature, sourcés et élaborés par la « Team Jean Sulpice ».

A paraître le 9 septembre 2020, 49€, éd. Glenat

www.perebise.com

Jean Sulpice présente son livre " le chef, l’auberge et le lac" ©Sandrine Kauffer-Binz

Jean Sulpice présente son livre  » le chef, l’auberge et le lac » ©Sandrine Kauffer-Binz

Par Sandrine Kauffer-Binz

Crédit photos ©S. Kauffer-Binz

 

 

 

 

 




Bocuse d’Or : l’équipe française est constituée

Le chef Davy Tissot qui représentera la France au Bocuse d’Or Europe à Tallin en mai 2020 a annoncé la composition de son équipe de France.

Enrichie au fur et à mesure des avancées, celle-ci intègre déjà les chefs Jean Sulpice, Alain Le Cossec, Fabrice Prochasson et Thibaut Ruggeri ; ainsi que Nicolas Grüner en tant que commis.

Soucieux de remettre le candidat au centre des prises de décisions, le président de la Team France Bocuse d’Or, Serge Vieira, a souhaité la création d’une équipe de France choisie par le candidat afin de l’entourer dans la préparation au concours du Bocuse d’Or Europe.

Le chef Davy Tissot a décidé de jouer la carte de la complémentarité en sollicitant le soutien de quatre chefs aux expériences très différentes dans l’entraînement intensif qui l’attend.

Le chef doublement étoilé Jean Sulpice de l’Auberge du Père Bise à Talloires sera son coach officiel. Celui-si sera accompagné des chefs Meilleurs Ouvriers de France Alain Le Cossec et Fabrice Prochasson (coach 2013) ainsi que Thibaut Ruggeri (Bocuse d’Or 2013 et chef de l’Abbaye de Fontevraud).

Nicolas Grüner rejoint aussi l’équipe en tant que commis. Des soutiens précieux pour partager, échanger et construire ensemble la suite de l’histoire.

Serge Vieira, Alain Le Cossec, Davy Tissot, Jean Sulpice et Fabrice Prochasson

Davy Tissot, candidat France au Bocuse d’Or Europe explique : « Le concours du Bocuse d’Or est plus qu’une compétition. C’est une aventure humaine et collective. J’ai fait le choix de m’entourer de chefs issus de parcours différents avec lesquels je partage les mêmes valeurs. Je remercie le chef Jean Sulpice d’avoir accepté d’être mon coach principal et de me soutenir dans ce grand défi. Nous avons en commun le goût de l’effort et de la persévérance, un esprit compétiteur lié à une cohésion d’équipe. On partage cette passion du sport qui apprend à ne rien lâcher et apporte un équilibre, un mental et du plaisir. Les chefs Alain Le Cossec, Fabrice Prochasson et Thibaut Ruggeri seront également à mes côtés pour porter haut et fort les couleurs de la gastronomie française. Je les remercie aussi pour leur engagement. Leurs expériences et savoir-faire sont des atouts indispensables pour réussir. On ne gagne jamais seul. C’est notre complémentarité qui fera notre force. »

Jean Sulpice, chef de l’Auberge du Père Bise à Talloires et coach officiel de Davy Tissot se dit très fier d’accompagner celui qui représentera la France au Bocuse d’Or. « Nous partageons les mêmes valeurs autour du dépassement de soi, de l’exigence et de la détermination. Être son partenaire est un honneur et je le remercie de sa confiance. Soutenir, accompagner dans les bons moments mais aussi surmonter les difficultés, partager au sein d’une équipe complémentaire, nous aurons tous ensemble un seul but : monter sur le podium. »

Serge Vieira, président de la Team France Bocuse d’Or

Un soutien indéfectible et un encadrement personnalisé

Davy Tissot intègre la Team France Bocuse d’Or présidée par Serge Vieira et composée de chefs et partenaires. Il pourra ainsi compter sur le soutien indéfectible de la Team tout au long de sa préparation aux différentes étapes du concours. Il bénéficiera d’un encadrement unique et personnalisé : soutien financier des partenaires, achats de produits et matériels pour les entraînements, transmission de savoir-faire, gestion logistique, mise en place d’une campagne de communication…

Prochaines étapes pour le candidat tricolore : le Bocuse d’Or Europe (28 & 29 mai 2020) à Tallin en Estonie, puis la grande finale à Lyon (janvier 2021).




[VIDÉO] Jean Sulpice remporte le Challenge VTT des chefs

Le Challenge VTT des chefs s’est déroulé en Alsace, dans la Vallée de Munster, au cœur du Petit Ballon d’Alsace.

C’est Jean Sulpice, chef de l’Auberge du Père Bise en Haute-Savoie, qui remporte cette 6e édition.

Cette édition 2019 était organisée par Martine et Bernard Leray de la Nouvelle Auberge à Wirh-au-Val, à la Ferme-Auberge du Kahlenwasen à Luttenbach-prés-Munster (68).

Créée en 2014 par Patrick Bertron le chef du restaurant La Côte d’Or**, au Relais Bernard Loiseau à Saulieu (21), cette course est bien plus qu’une compétition sportive. Les valeurs de partage et d’amitié unissent les participants, chefs, partenaires et invités, qui se sont mesurés sur un parcours de 26 km à travers les forêts et monts vosgiens.

Jean Sulpice, chef de l’Auberge du Père Bise a été le premier à franchir la ligne d’arrivée. Frédéric Lefevre, chef consultant, et Patrick Wiegel (restaurant Les Planches) complètent le podium.

Lire la suite sur le site Alsace

Challenge VTT des Chefs 2019

Jean Sulpice remporte le Challenge VTT des Chefs 2019 qui s'est déroulé en Alsace avec Patrick Bertron, Bernard Leray, Serge Viera, et des chefs Alsaciens Sandrine Kauffer Aude Olive Jean Sulpice Emmanuel Nasti Bernard Leray Restaurant Serge Viera Patrick Bertron Mariella Kieny Matthieu Koenig Ernest Benz Challenge des Chefs VTT Sébastien Buecher Nicolas Lau Vtt Enduro Trails Patrol Thomas Dietsch Marie Aude Vieira Marc Levy Vallée de Munster Parc naturel régional des Ballons des Vosges Fermes Auberges en Alsace Jean Sulpice Guillaume Erblang-Rotaru

Publiée par Nouvelles Gastronomiques France sur Mercredi 11 septembre 2019

Photo de Une : Patrick Bertron, Frédéric Lefevbre, Jean Sulpice, Patrick Wiegel et Bernard Leray © Sandrine Kauffer-Binz




Nouveau magazine VIN.S LA PASSION DES TERROIRS

VIN.S est le nouveau magazine semestriel, qui va paraitre dans tous les kiosques du Grand Est dès le 15 novembre 2018. (8,50€). Au sommaire, partez à la découverte de la vigne, du vin et des terroirs, découvrez les différents cépages, les appellations, les terroirs et leurs caractéristiques…, Choisissez, conservez et dégustez le vin : les bons conseils pour décrypter une étiquette, organiser une cave, servir le vin avec les bons accessoires,
la meilleure façon d’acheter le vin, les accords mets/vin des chefs… Pour ce premier numéro, focus sur les vignobles d’Alsace et de Bourgogne avec un dossier de 70 pages, des accords mets vins avec Nicolas Stamm, Guillaume Royer, Guy Lassaussaie, Jean Sulpice, ou encore Anne Sophie Pic.

« Qu’est-ce que le vin ? Un terroir ? Un cépage ? Qu’est-ce que nous disent le nez et la couleur d’un vin ? Et la question qui les résume toutes : quelle est la différence entre un vin et un bon ou un très bon vin ? « , interroge Patrick Peltier, rédacteur en chef du nouveau magazine dans son premier édito.

« En vous proposant chaque semestre un itinéraire au cœur des plus grands vignobles français (dans ce premier numéro l’Alsace et la Bourgogne sont à l’honneur), VIN.S ne prétend pas vous dicter des goûts, défendre une chapelle mais faire preuve de pédagogie en s’adressant aussi bien au néophyte, qui se refuse à être un buveur de produits marketés, qu’à l’amateur éclairé en quête de flacons mémorables. Au-delà, ce nouveau magazine entend donner quelques clefs de compréhension pour décrypter les débats qui animent aujourd’hui la filière vinicole. »

VIN.S LA PASSION DES TERROIRS
Magazine en vente le 15 novembre 2018
prix 8,50 €
Une publication du Groupe EBRA



Côme de Chérisey dévoile le palmarès France du Gault Millau 2018

Lundi 6 novembre 2017, Come de Chérisey, directeur du guide Gault Millau lève le voile sur le palmarès 2018, consacrant Jean Sulpice cuisinier de l’année.

La liste des promus, venant des 4 coins de la France, aux profils et trajectoires différenciés, attestent de la diversité des tables récompensées, toutes les cuisines sont mises à l’honneur. On découvre le visage de ceux, qui près de chez vous, sont à découvrir ou à re-découvrir.

Jean Sulpice est le cuisinier de l’année 2018 du Gault Millau

GRANDS DE DEMAIN 2018 Glenn Viel

GRANDS DE DEMAIN 2018 Glenn Viel ©M. Cellard

Glenn Viel, Lustau de Baumanière Les baux de Provence (13) 17/20 – 4 toques 

Le mot du guide 
Laissez-le faire, laissez-le parler pour mesurer quelle prodigieuse passion habite ce grand jeune homme au regard perçant. Baumanière est un temple, une maison mythique et celui qui, sous la houlette de Jean-André Charial, est en charge des fourneaux de ce symbole centenaire de la restauration provençale, porte une haute responsabilité. Glenn Viel assume et va plus loin.

Non seulement il « s’occupe » de Baumanière, mais il l’occupe, l’investit, passe de la cave au grenier, du potager à la salle, pense à tout, révolutionne tout, tout en conservant le plus grand respect pour la maison, son style, son histoire. La seule philosophie qui compte, c’est la sienne et c’est la bonne, le meilleur produit au meilleur endroit, de préférence le plus près possible.

GRANDS DE DEMAIN 2018 Matthieu Dupuis-Baumal

GRANDS DE DEMAIN 2018 Matthieu Dupuis-Baumal

Matthieu Dupuis-Bauman, le domaine de Manville, Les Baux-de-Provence (13) 16/20 – 3 Toques 

Le mot du guide 
Faire sortir de terre un parcours de 18 trous, tous les architectes de domaines golfiques savent le faire et les investisseurs, avec un peu de goût, peuvent y implanter, pour peu que le paysage les aide, une hôtellerie de luxe à la mesure de l’environnement.
Parfois, certains se piquent de vouloir y installer en plus un restaurant gastronomique. Manville a eu de la chance : la conjonction des astres, les paysages magiques de la région des Baux, les par fums… Et Matthieu Dupuis Baumal !
La chance, c’est aussi lui qui la saisit, qui s’investit à fond, qui comprend l’enjeu, la région, et montre un talent énorme en deux saisons seulement. Sans débauche luxueuse, on peut
même dire avec sagesse, il offre à chaque saison une carte qui se marie superbement avec le paysage.

GRANDS DE DEMAIN 2018 Victor Ostronzec

GRANDS DE DEMAIN 2018 Victor Ostronzec ©Philippe Exbrayat

Victor Ostronzec, Solena, Bordeaux (33) 14/20 – 2 toques 

Le mot du guide 
Aucun doute, c’est le lieu qui est béni. Ou le nom, Soléna, qu’il a gardé pour ne pas perturber les habitués. Toujours est-il que cette petite maison excentrée et même un peu paumée du côté de Mériadeck- Juiverie a indiscutable- ment les bonnes ondes. La première fois qu’elle a été récompensée, c’était pour nommer, avec le même titre, son créateur, Nicolas Crosato. Quand celui- ci est parti vivre sa vie, nous avons souhaité bonne chance au successeur, sans croire vraiment que la belle aventure pouvait se réitérer.

Et pourtant ! Dans un style différent, mais avec la même opiniâtreté et la même passion Victor Ostronzec a renversé la montagne des préjugés et balayé les doutes pour montrer que lui aussi est un grand chef en devenir. Bravo !

GRANDS DE DEMAIN 2018 Kazuyuki Tanaka

GRANDS DE DEMAIN 2018 Kazuyuki Tanaka ©Jean Charles Amey

Kazuyuki Tanaka Racine, Reims (51) 16/20 – 3 toques 

Le mot du guide 
Kazu accélère ! Kazu déménage, change de braquet, et s’impose à nouveau. Jeune talent, Grand de demain, la voie est royale pour le jeune chef japonais que les Rémois appellent ainsi familièrement, Kazuyuki Tanaka étant juste un peu long pour représenter ce jeune homme pressé, au si grand talent. Dans cette nouvelle maison d’un quartier résidentiel non loin de la cathédrale, il peut créer à son aise, inventer, associer et séduire. Car il fait mouche dans ses compositions au ton juste,
qui trouve la bonne herbe, le bon parfum, dans une technique très affûtée. Une réussite qu’il partage avec Marine, qui anime la salle dans l’esprit et le prolongement de ce beau travail artisanal.

GRANDS DE DEMAIN 2018 David Bizet

GRANDS DE DEMAIN 2018 David Bizet ©Stephane de Bourgies

David Bizet, l’orangerie, Hotel Georges V Paris (75), 15/20 3 Toques

Le mot du guide 
Il pourrait être impressionné par la charge, la responsabilité, le rôle. L’Orangerie n’est pas une simple annexe du Cinq et David Bizet n’est pas le petit second de Christian Le Squer auquel on donne un hochet pour qu’il s’amuse. il est le chef d’une des pièces centrales de l’édifice gastronomique constitué dans le cadre du mythique George-V. Et il assume très bien, et de mieux en mieux.
Technicien hors pair, il est également capable de fantaisie et de personnalité. Chaque saison lui permet de s’affirmer davantage, de poser sa signature tout en respectant les codes, à l’image de ce lièvre à la royale, assez fantastique, parfaitement dans les canons et pourtant unique.

GRANDS DE DEMAIN 2018 Rodolphe Pottier

GRANDS DE DEMAIN 2018 Rodolphe Pottier© Hhammerer

Rodolphe Pottier, Rodolphe, à Rouen (76) 15/20 – 3 Toques

Le mot du guide 
Une fois de plus Gault&Millau était le premier, mais ça n’a pas plus d’importance que cela.
Oui, les premiers à découvrir ce talent singulier dans une petite rue centrale derrière le Palais de Justice. Il a vingt-cinq ans, il a réuni une petite équipe aussi jeune que lui, avec son frère en salle, et la ville ne parle que de lui.
Jeune talent l’an passé, Grand de demain cette année, un petit coup de pouce du Rouge qui fait aussi du bien, et il faut réserver deux mois en avance pour obtenir une table et voir de quel bois est fait ce tout jeune homme, timide et pourtant décidé. Car il va aller loin, celui qui s’est déjà fait un prénom, à l’instar de son aîné, Gilles Tournadre, qui s’installa il y a quarante ans en donnant son prénom à son restaurant.

Les Grandes Toques Passage de 19 à 19,5/20 :

Les Près d’Eugénie – Eugénie-les-Bains (40)

Flocons de Sel – Megève (74)

Le Cinq (Four Seasons – Georges V) – Paris (75)

Les Grandes Toques Le nouveau 5 toques :

La Marine – Noirmoutier (85)

Les Grandes Toques Passage de 3 à 4 toques :

Le Clos des sens – Annecy (74)

L’Oustau de Baumanière – Les Baux de Provence (13)

La Villa Madie – Cassis (13)

Hostellerie de Plaisance – Saint-Emilion (33)

Directeur de Salle de l’Année : Christian David

Directeur de Salle de l’Année : Christian David ©Alban Couturier

Christian David – Le Grand Véfour – Paris (75)

Lire son portrait en CLIQUANT ICI

Jeune Directeur de Salle de l’Année : Maxime Périer

Jeune Directeur de Salle de l’Année : Maxime Périer et sa maman Florence Périer ©Fredburante

Maxime Périer – Le Café du Peintre – Lyon (69)

Lire son portrait en CLIQUANT ICI

Sommelier de l’Année : Florian Balzeau

Sommelier de l’Année : Florian Balzeau ©steff.photograhie

Florian Balzeau – Le Gindreau – Saint-Médard (46)

LIRE
CLIQUER ICI POUR VOIR LE SOMMELIER DE L’ANNÉE

Jeune Sommelier de l’Année : Mathieu Binsinger

Jeune Sommelier de l’Année : Mathieu Binsinger

Mathieu Binsinger – Buerehisel – Strasbourg (67)

LIRE
CLIQUER ICI POUR VOIR LE JEUNE SOMMELIER DE L’ANNÉE

Pâtissier de l’Année : Cédric Grolet

Pâtissier de l’Année : Cédric Grolet ©Pierre Monetta

Cédric Grolet – Le Meurice – Paris (75)

Lire Cédric Grolet : Ma vie est un concours EN CLIQUANT ICI 

Lire Cédric Grolet présente son premier livre « FRUITS » EN CLIQUANT ICI 

Lire Cédric Grolet élu Meilleur Pâtissier de restaurant au monde EN CLIQUANT ICI

Jeunes Pâtissiers de l’Année : Guillaume Godin et Aleksandre Oliver

Guillaume Godin et Aleksandre Oliver sont les jeunes pâtissiers de l’année

Guillaume Godin – La Vague d’Or – Saint-Tropez (83)

Aleksandre Oliver – Yoann Conte – Bord du Lac – Veyrier-du-Lac

les Entrepreneurs de l’Année : Tigrane Seydoux et Victor Lugger

les Entrepreneurs de l’Année : Tigrane Seydoux et Victor Lugger ©Fabien Breuil

Tigrane Seydoux et Victor Lugger – Big Mamma – Paris (75)

Lire « BIG MAMMA la cuisine de la Mamma pour tous » EN CLIQUANT ICI

Trophée POP: Juan Arbelaez ET LES frères Chantzios

Juan Arbelaez ET LES frères Chantzios ©nguyen

Juan Arbelaez ET LES frères Chantzios ©nguyen

Juan Arbelaez ET LES frères Chantzios – Yaya – Saint-Ouest (93)

Gault&Millau tend la main vers tous ces restaurateurs qui font mieux manger les gourmets de tous les jours… Des gourmets 2.0 qui veulent manger bien, bon, sourcer du petit déj au dîner sans faire de compromis sur le goût et la qualité. Des repas sur le pouce, toute la journée entre 10 et 30 euros
Les restos PoP, ce sont des tables pour les budgets légers et tous les moments de consommation – un sandwich à midi, en bande le vendredi soir ou pour un goûter caféine.

Gault&Millau a créé un logo dynamique et sympathique, qui bouscule les lignes (d’où l’inclinaison) mais reste en cohérence avec l’univers de Gault&Millau.

JEUNES TALENTS 2018

Auvergne-Rhône-Alpes

Thiers (63)
Jean-Louis Dugat – Le Clos St Eloi
En cuisine la direction a fait appel au concours d’un jeune chef prometteur. Jean- Louis Dugat gère des assiettes qui révèlent une technique bien maîtrisée et des associations réussies de l’entrée jusqu’au dessert.

Lyon (69)
Fernanda Ribeiro – Le Cosy
Fernanda Ribeiro, jeune chef lusitano-brésilien fait preuve d’imagination avec des produits qui sortent de l’ordinaire et des associations audacieuses.

Lyon (69)
Grégory Stawowy – Le Suprême
Grégory Stawowy déroule ici une carte moderne qui reste dans les canons du bon goût de la tradition, complétée avec brio, côté desserts, par son épouse.

Lempdes (63)
Jérôme Bru – Le B2K6
Jérôme Bru est un jeune cuisinier bien formé (chez Anne-Sophie Pic notamment) et il a fait de ce lieu, qui fut la table de Sébastien Perrier, un nouveau spot tendance.

Bourgogne-Franche-Comté

Iguerande (71)
Clément Guitton – La Colline du Colombier
Sous l’égide de Clément Guitton, le terroir bressan se modernise mixant produits locaux et exotiques, dans le respect de l’esprit Troisgros.

Belfort (90)
Christian Greffier – La Fontaine des Saveurs
Un jeune chef prometteur bien à son aise dans les locaux de la Fontaine, où les assiettes envoyées en salle mettent en valeur des produits de belle qualité.

Bretagne

Sarzeau (56)
Arnaud Domette – Kerstéphanie
L’arrivée d’Arnaud Domette et de son épouse Manon est une aubaine. Leur cui- sine rend joyeux et casse la routine par des alliances toniques mais jamais discordantes de fruits, légumes et épices.

Centre- Val de Loire

Orléans (45)
Maxime Voisin – De Sel et d’Ardoise
Maxime Voisin, jeune chef au parcours enviable (Le Cinq, l’Arpège) fait vivre une jolie petite maison dans un quartier excentré, en bord de route. Produits frais, technique impeccable, prix serrés, accueil souriant et pro sous la direction de Claire, l’épouse du chef.

Tours (37)
Julien Martineau – La Deuvalière
Alexandra Matéo et Julien Martineau affichent un dynamisme communicatif et servent une cuisine pleine d’authenticité.

Corse
Lumio (20)
Loris Cornacchia – Le Grand Oggi Hôtel chez Charles
Loris Cornacchia se révèle très à l’aise dans non nouveau rôle. La cuisine affiche plein d’idées où textures et saveurs suivent des combinaisons intelligentes.

Grand-Est

Strasbourg (67)
Bérangère Pellissard – Le Comptoir à Manger
Carole Eckert et Bérengère Pellisard, adeptes de production locale, réalisent des prouesses d’émotion gourmande avec des produits de qualité et des combinaisons de saveurs habiles.

Saint-Etienne-lès- Remiremont (88)
Lorraine Pierrat – Domaine Saint-Romary
Lorraine est la fille de la maison, mais pas que… En tant que cuisinière accomplie, elle sait envoyer des assiettes qui respectent les saisons avec des produits bien choisis, respectant une cuisine de tradition.

Colmar (68)
Frédéric Tagliani – Quai 21
Ancien second de Jean-Yves Schillinger et d’Olivier Nasti, Frédéric Tagliani vole désormais de ses propres ailes. La cuisine influencée par l’ancien maître de Kaysersberg réserve de belles surprises tout au long du repas.

Hauts-de-France

Lille (59)
Damien Laforce, Restaurant le Sébastopol
Damien Laforce, formé chez Florent Ladeyn, entouré d’une équipe solide, s’attaque joyeusement au terroir avec une vision très moderniste.

Ile-de-France

Paris 7ème (75)
Maxime Laurenson – Loiseau-Rive Gauche
Maxime Laurenson est remarquable. Très influencé par la nature (il est natif de Haute- Loire), formé aux herbes de montagne chez Jean Sulpice, il est par conséquent un peu le petit-fils de Marc Veyrat…

Paris 9ème (75)
Indra Carrillo-Perea
Sa cuisine mixe les influences mexicaines et françaises dans un joyeux et très maîtrisé bouillonnement d’un excellent rapport qualité-prix.

Paris 12ème (75)
Julien Marsaud – Maguey
C’est sur la déclamation d’un simple adjectif que naît l’inspiration de Julien Marsaud. S’en suivent des assiettes convaincantes réalisées à partir de beaux produits.

Normandie
Rouen (76)
Pierre Letard – La Dînette
Pierre Letard bouleverse à son tour les codes de la restauration rouennaise, s’affirmant dans un style urbain cool sur le concept de la table d’hôte, qui devient ici frais et novateur comme sa cuisine, naturelle et spontanée.

Nouvelle Aquitaine

Bordeaux (33)
Félix Clerc – Symbiose
La jeune équipe dirigée par le talentueux Félix Clerc et leurs clients vivent en symbiose durant les heures précieuses passées dans ce lieu ouvert à la modernité.

Niort (79)
Clio Modaffari et Anne Legrand – La Belle étoile
Un duo féminin en cuisine avec Clio Modaffari et Anne Legrand qui fait valoir ses expériences parisiennes dans un nouveau lieu, au plus près des saisons.

Poitiers (86)
Virgile Morceau – La Cuisine au Beurre
Virgile Morceau a sans aucun doute rêvé devant Bourvil et Fernandel. Sa cuisine est heureusement beaucoup plus moderne, sobre, élégante et légère que celle proposée par les deux vedettes du célèbre film de Gilles Grangier. Une adresse prometteuse.

Occitanie

Montaren et Saint Médiers/Uzès (30)
Julien Lavandet – La Table 2 Julien / Artémise
Que ce soit à la Table 2 Julien ou chez Artémise, les deux tables animées par Julien Lavandet font des heureux auprès d’une clientèle qui en redemande.

Toulouse (31)
Balthazar Gonzales – Le Bacaro
Balthazar Gonzalez, passé chez Robuchon et Raimbault est un jeune chef de talent, qui travaille bien avec les saisons.

Verfeil (31)
Nicolas Thomas – La Promenade
Nicolas Thomas distribue des assiettes où les alliances textures-couleurs complètent une belle maîtrise des techniques et des cuissons.

Pays de la Loire

Nantes (44)
Maxime Bocquier – Lamaccotte
Le tandem Maxime Bocquier/Guillaume Maccotta assume une modernité réjouis- sante dans des plats slash qui ne manquent pas d’originalité.

Le Mans (72)
François Ricordeau – L’Épi’Curieux
François Ricordeau, ancien second au Beaulieu, s’est entouré d’une jeune équipe qui a bien l’intention de bousculer les codes avec une carte pleine d’avenir.

Provence-Alpes-Côte-D’azur

Marseille (13)
Paul Langlère – Sépia
Paul Langlère sait choisir des produits de qualité pour réaliser une cuisine de son époque. Plats bien maîtrisés et rapport plaisir-détente à son comble.

Nice (06)
Laurei Aimonetti – Passion’elle
Laurie Aimonetti est une jeune cheffe volontaire qui connaît bien cette maison qu’elle a reprise il y a peu. Elle compose une cuisine sobre et précise qui lui convient très bien.

CLIQUER SUR LE VISUEL POUR VOIR TOUTES LES PHOTOS DE LA CÉRÉMONIE




VIDÉO de la cérémonie du Gault Millau France 2018

La cérémonie du palmarès du Gault Millau France 2018 s’est déroulée lundi 6 novembre 2018, à France Télévision à Paris (75). Revoir en vidéo les temps forts de la soirée, l’hommage à Christian Millau, les reportages chez les jeunes talents, la montée sur scène de tous les lauréats, les témoignages de chefs, les prises de paroles de Gilles Goujon (un repas pour Irma) , Marc Veyrat (fondation Veyrat) et Pascal Schneider (Bridor) qui a présenté la sortie de livre des Meilleurs Ouvriers de France dont tous les bénéfices seront reversés à l’association pour la formation. Le vrai temps forts et la remise du trophée du cuisinier de l’année et l’arrivée de toute la brigade de Magali et Jean Sulpice…avec les embrassades et en final le « porté collégial ».

 

 

Vidéo Jean Sulpice est le Cuisinier de l’année 2018



Jean Sulpice est le cuisinier de l’année 2018 du Gault Millau

Lundi 6 novembre 2017, Jean Sulpice, Auberge du Père Bise à Talloires (74) a été désigné Cuisinier de l’année dans le palmarès du guide Gault Millau France. Il affiche 18,5/ 20 et 4 Toques.

« A Val Thorens, à près de 3000 m d’altitude, l’élève de Marc Veyrat avait déjà montré qu’il était de cette trempe-là, un athlète capable de comprendre, après avoir beaucoup appris, de traduire, de transformer des herbes et des parfums en émotions.

Come de Chérisey avec Magali et Jean Sulpice

Après plus de 15 ans de gastronomie en haute-montagne, Magali et Jean Sulpice ont décidé de s’installer à Talloires, pour reprendre l’auberge du Père Bise. « Depuis mai 2015, nous poursuivons avec fierté l’histoire d’une maison emblématique et tournée vers l’excellence et le partage… des valeurs qui, comme vous le savez, nous sont très chères ! », soulignent-ils. « Avec Alain Chapel, Paul Bocuse ou Jean Troigros, camarades d’apprentissage, François Bise appartenait à une génération brillante de cuisiniers. Alors, imaginez donc ! Il s’agit d’un formidable défi que de marcher sur les traces de ces chefs d’exception et d’apporter ma signature à l’histoire de cette maison. »

Céline et Alexandre Couillon (Cuisinier de l’année 2017), Magali et Jean Sulplice (Cuisinier de l »année 2018 et Come de Cherisey, directeur du Gault Millau ©SandrineKauffer

« Un titre de Cuisinier de l’Année Gault&Millau, ça vous chamboule une carrière, parfois une vie. C’est une médaille d’or aux Jeux Olympiques, un César du Meilleur Réalisateur, un titre pour toujours. Cette distinction est acquise à vie. On peut se Cette année-là, j’ai été cuisinier de l’Année Gault&Millau !  » reconnait Marc Esquerré. « Jean Sulpice est un chef solide, un battant, un compétiteur, un sportif de haut niveau. Comme les grands champions, il était programmé pour réussir. Avec des paliers, qu’il a respectés sans faire d’erreur, comme un grimpeur dans un col mythique. Son installation dans la grande maison du Père Bise, sur les bords du lac d’Annecy est une nouvelle ascension. Un challenge énorme, une machinerie mue par soixante-dix personnes, un patron, un chef d’orchestre… Une cuisine, lac et montagne, paisible et fulgurante, souple et pointue, qui porte une vision, celle d’un chef en pleine maturité transcendant chaque ingrédient pour créer l’instant parfait, la conjonction des saveurs réunies par magie dans l’athanor de cet alchimiste du XXIe siècle. »

CLIQUER SUR LE VISUEL POUR VOIR LA VIDÉO

A 39 ans, Jean Sulpice, cet enfant des alpages et des sommets, retrouve le lac d’Annecy de ses premières années de cuisinier. C’est à cette époque qu’il a aussi rencontré Magali, alors sommelière à l’auberge de l’Eridan, qui deviendra son épouse et la mère de leurs deux enfants.

Issu d’une famille de restaurateurs depuis trois générations, Jean Sulpice vit intensément deux passions simultanées : les grands espaces et la gastronomie. Sa cuisine en fait la synthèse.

Une cuisine spontanée, de précision et d’équilibre, qui révèle la saveur authentique de produits nobles, d’herbes aromatiques, pour offrir son expression originale d’un territoire.

Pendant quinze ans, ce sera à 2300 mètres d’altitude, dans la plus haute station d’Europe, que Jean Sulpice réussira le pari de proposer une cuisine gastronomique en haute montagne.

www.jeansulpice.com




« 6ème édition du Challenge des Chefs Étoilés » Val Thorens (Savoie), du 11 au 13 avril 2016

Les charmes de la montagne au printemps révèlent des vocations de skieurs… Cyril LIGNAC, Mercotte, Jérôme BOCUSE et les chefs d’Alain DUCASSE viennent de prendre leur dossard pour défier la brigade de chefs « Made In Val Tho », menée par Jean SULPICE et Édouard LOUBET sur leurs terres…

Du 11 au 13 avril, la station accueille plus de 50 chefs étoilés venus des quatre coins de la France et d’ailleurs, pour 3 jours de compétitions de ski, de gastronomie, d’échanges et de partages. Ce défi ski hors-normes, lancé en 2011 par le chef Christophe ARIBERT du restaurant Les Terrasses du Grand Hôtel d’Uriage-les-Bains a pour objectif de rassembler les grands chefs, loin de leurs fourneaux, autour de journées festives, conviviales et sportives.

Des chefs de renom, un concept de « bistronomie des neiges » né ici et plus de 60 adresses gourmandes qui déclinent les plaisirs de la table à l’infini, Val Thorens porte bien son nom de station « épicurienne ».

C’est la première année que le Challenge des Chefs Étoilés se déroule à Val Thorens et pour l’occasion l’équipe organisatrice, composée de Jean SULPICE, Édouard LOUBET (qui a remporté l’édition 2014), Christophe ARIBERT et Emmanuel RENAUT, a concocté un programme aux petits oignons : slalom géant parallèle, kilomètre lancé, rallye découverte et gastronomie bien-sûr.


« 6ème édition du Challenge des Chefs Étoilés »  Val Thorens (Savoie), du 11 au 13 avril 2016
Un diner de gala 9 étoiles !

Mardi 12 avril 2016, Val Thorens convie plus de 200 personnes et grands chefs à une soirée de gala aux couleurs et saveurs locales. Le magnifique village « Val Thorens Sensations », partenaire de l’événement, accueille pour la réalisation de ce dîner les 7 grands chefs de Val Thorens en cuisine. C’est d’ailleurs dans ce village 4 Tridents, ouvert en décembre 2014, que tous les chefs seront hébergés.

Au menu de ce dîner de gala, les « plats signatures » des chefs à retrouver aux tables de Val Thorens :


Jean Sulpice** / Édouard Loubet **
Cresson Caviar Petrossian et Pizza à la truffe

Romuald Fassenet* (Meilleur Ouvrier de France) / Jossin Jeanblanc (chef Pashmina)
Pâté en croute de volaille de la Cour d’Armoise aux morilles et vin jaune, cornichon des bois

Cyril Attrazic* (chef consultant La Maison)
Nouilles de cèleri, champignons du massif et émulsion à la livèche

Jean Sulpice** (restaurant Jean Sulpice)
Truite Fario, lait de sapin

Éric Samson (chef résident Koh-I Nor)
Fricassée d’escargots à l’ail des ours, crémeux de chèvre frais et pignons torréfiés

Jérémy Gillon* (L’Épicurien)
Poitrine de veau braisé, jus à l’aspérule odorante, chlorophylle de chénopode Bon-Henry, asperges vertes

14 producteurs proposeront des accords mets et vin


Les chefs qui participent au Challenge des Chefs sont :

Amandine CHAIGNOT (Hôtel Rosewood, Londres – Angleterre)
Bernard MURE-RAVAUD (Les Alpages, Grenoble)
Éric SAMSON (Hôtel Koh-I Nor, Val Thorens)
Flora MIKULA (Les Saveurs de Flora, Paris)
Josselin JEANBLANC (Les Explorateurs, Val Thorens)
Lucie PICHON (Vista Palace Hôtel, Roquebrune)
Michel PORTOS (Malthazar, Marseille)
Patrick CHEVALLOT (Maison Chevallot, Val d’Isère)
Romain BARTHEZ (La Maison, Val Thorens)
Sébastien BOUILLET (Chocolaterie Bouillet, Lyon)
MERCOTTE (bloggeuse culinaire et jurée de l’émission Le Meilleur Pâtissier sur M6)

1 étoile

Alain PERRILLAT-MERCEROT (Atmosphère, le Bourget du Lac)
Christophe SCHUFFENECKER (Hôtel de l’Alpaga, Megève)
Cyril ATTRAZIC (Chez Camillou, Aumont-Aubrac / chef consultant La Maison, Val Thorens)
Cyril LIGNAC (Le Quinzième, Paris)
Didier GOIFFON (La Marelle, Peronnas)
Éric GUERIN (La Mare aux Oiseaux, Saint-Joachim)
Éric JAMBON (Domaine des Séquoias, Bourgoin-Jallieu)
Franck REYNAUD (Hostellerie du Pas de l’Ours, Crans Montana – Suisse)
François MOUREAUX (L’Azimut, Courchevel-le-Praz)
Geoffrey POËSSON (La Badiane, Sainte-Maxime)
Georges PACCARD (La Ciboulette, Annecy)
Guillaume VIALA (Hôtel le Belvédère, Bozouls)
Jean-Jacques NOGUIER (La Ferme de l’Hospital, Genève – Suisse)
Jérémy GILLON (L’Épicurien, Val Thorens)
Julien MACHET (Le Farçon, La Tania)
Pierre MARIN (Auberge Lamartine, le Bourget du Lac)
Piet HUYSENTRUYT (Likoke, Les Vans)
Raphaël LE MANCQ (Le Sérac, Saint-Gervais-les-Bains)
Romuald FASSENET (Château du Mont Joly, Sampans / chef consultant Les Explorateurs, Val Thorens)
Sébastien BONNET (Kleber, Crest)
Stéphanie LEQUELLEC (La Scène, Paris)
Thierry FERNANDES (Le Prieur, Avignon)
William LE DEUIL (Ze Kitchen, Paris)

2 étoiles

« 6ème édition du Challenge des Chefs Étoilés »  Val Thorens (Savoie), du 11 au 13 avril 2016
Benoît VIDAL (L’Atelier d’Edmond, Val d’Isère)
Christophe ARIBERT (Les Terrasses, Uriage-les-Bains / chef consultant Club Med Sensations, Val Thorens)
Édouard LOUBET (La Bastide de Capelongue, Bonnieux / chef consultant Club Med Sensations, Val Thorens)
Jean-Pierre JACOB (Le Bateau Ivre, Le Bourget du Lac)
Jean-Rémi CAILLON (La Table du Kilimandjaro, Courchevel)
Jean SULPICE (Jean Sulpice, Val Thorens)
Julien ROUCHETEAU (La Table du Lancaster, Paris)
Michel ROSTANG (Michel Rostang, Paris)
Nicolas MASSE (La Grande Vigne, Bordeaux-Martillac)
Olivier NASTI (Chambard, Kayserberg)
Patrick JEFFROY (Hôtel de Carantec, Carantec)
Pierre CARRIER (Hôtel Hameau Albert 1er, Chamonix Mont-Blanc)
Serge VIEIRA (Serge Vieira, Chaudes-Aigues)
William FRACHOT (Hostellerie du Chapeau Rouge, Dijon)
Yoann CONTE (Yoann Conte, Annecy)

3 étoiles

Emmanuel RENAUT (Flocon de Sel, Megève)
Franck CERUTTI (Hôtel de Paris et du Louis XV – Alain Ducasse, Monaco)
Jérôme BOCUSE (Paul Bocuse, Collonges)
Maxime MEILLEUR (La Bouitte, Saint-Marcel)
Patrick LAINE (Brigade Alain Ducasse, Hôtel de Paris Le Louis XV, Monaco)

Programme du Challenge

Lundi 11 avril
Matinée : installation des chefs au village Club Med Sensations de Val Thorens
Après-midi : rallye découverte de la station skis aux pieds organisé par Hoka One One

Mardi 12 avril
9h30 – 13h30 : épreuves de ski sur le stade Yannick Richard, slalom géant parallèle et kilomètre lancé
14h : remise des prix et déjeuner au restaurant La Maison, place Caron
19h00 : dédicaces des chefs au village Club Med Sensations et remise des prix
21h : dîner de gala au village Club Med Sensations

Tout au long de ce programme le public est invité à venir encourager ses chefs préférés !

Info : Office de Tourisme de Val Thorens : 04 79 00 84 83