image_pdfimage_print

Le lundi 7 novembre 2016, le Collège Culinaire de France a organisé sa Grande Rencontre annuelle sur le salon Equip Hotel à Paris, réunissant une centaine de chefs, producteurs, artisans et vignerons de qualité.

En présence d’Alain Ducasse, Joël Robuchon, Alain Dutournier, Gilles Goujon, Georges Blanc, Frédéric Anton, Gérald Passedat, Christophe Bacquié, les prises de paroles ont permis de dresser un état des lieux et d’établir les priorités 2017

Animé par Loic Ballet, les différentes tables rondes thématiques ont mis en exergue les synergies producteurs-restaurateurs et l’impact des relations restaurants-producteurs sur la gastronomie. L’intervention de Christian Recchia, nutritionniste spécialiste des filières alimentaires a mis l’accent sur La gastronomie et la santé, et le final, avec la communication digitale, a pointé l’incontournable utilité du numérique pour faire-savoir leur savoir-faire et renforcer la relation-clients.

Différentes tables rondes thématiques ont été organisées ©SandrineKauffer

 

La grande nouveauté ; c’est la création du Comité Éthique de Sélection des Vignerons (CESV) qui assure la pertinence et la cohérence des candidatures des vignerons. Ses membres ont été choisis pour leur compétence, leur réputation professionnelle, leur diversité de points de vue et leur éthique. Font partie de ce comité, Serge Dubs, Alain Dutournier, Philippe Bourguignon, et Fabrice Sommier.

50 nouveaux vignerons viennent d’intégrer le Collège Culinaire de France.

Alain Ducasse, Joel Robuchon et Loic Ballet ©SandrineKauffer

 

«L’ambition du Collège Culinaire de France est d’affirmer la dynamique, l’image et la réalité de ce que représente la gastronomie dans son rôle et son impact sur la santé, l’économie, le social, la culture et l’environnement. Le Collège Culinaire de France veut fédérer et mobiliser tous les acteurs de la gastronomie sur cette ambition », rappelle Alain Ducasse. «Il faut créer des aspérités, des différences et des distinctions par la qualité».

«La Prochaine étape est de rassembler les clients de qualité», a rajouté Alain Dutournier, membre fondateur. «Il est nécessaire de les intégrer dans la boucle, ils sont les consommateurs des produits de qualité et fréquentent les Restaurants de qualité. Nous sommes en pleine réflexion pour imaginer de quelle manière, ils pourraient à leur tour devenir des « clients de qualité » et rejoindre le Collège Culinaire de France, pour défendre et promouvoir ensemble notre message».

Photo des membre avec au centre Corinne Menegaux Directrice du salon EquipHotel ©Marie Tabacchi

 

Invité à s’exprimer Romain Creutzmeyer, du restaurant Le Colbert à Strasbourg (67) est venu pour «faire avancer les choses ». C’est la première fois qu’il vient sur Equip Hotel », précise-t-il, accompagné d’Arnaud Barberis, restaurant Belle Vue à Saulxures et Le Bistrot des Arts à Strasbourg, qui vient tout juste d’intégrer le Collège Culinaire de France, il y a trois mois.

«Il y a une vraie éthique au Collège Culinaire de France», reconnaît Arnaud Barberis. «Il y a eu 52 contrôles cette année et des annonces d’exclusion ont été prononcées».

«Ce qui m’intéresse avant tout dans le Collège Culinaire de France, c’est la mise en relation avec les fournisseurs et producteurs de qualité», reconnaît Romain Creutzmeyer. «C’est fondamental de dénicher le bon produit et surtout à un bon prix», dit-il indigné par exemple que l’agneau Alsacien ou Français, puissent être plus chers que l’agneau en provenance de l’étranger. «Je ne peux pas répercuter ce prix sur le tarif des menus», regrette-il. «J’ai appelé le Collège Culinaire de France et ils m’ont envoyé une liste de producteurs de qualité. J’ai découvert de nouveaux fournisseurs et j’en suis ravi.»

Arnaud Barberis et Romain Creutzmeyer photo DR

 

«Avec Arnaud Barberis, nous avons le projet de monter en 2017 un restaurant Pop Up (éphémère) à Strasbourg, qui réunirait les restaurateurs, producteurs et vignerons de qualité, membres du Collège Culinaire de France (avec Pierre Irion, Thierry Schwartz, et Francis Claude).

«Il faut faire connaître les valeurs du Collège et davantage travailler en réseaux pour trouver des bons produits en quantité suffisante et à bon prix. Mais pour cela, il faut s’organiser et se structurer», dit-il déterminé à mettre en place des outils et des moyens pour offrir à ses clients, le meilleur au meilleur rapport qualité-prix.

Les deux vignerons membres Alsaciens sont; les domaines Pfister et Bott-Geyl. Ils seront invités à participer pour les accords mets-vins. «C’est intéressant de venir écouter les prises de parole pour comprendre les tenants et les aboutissants du Collège», souligne Mélanie Pfister, également présidente des Divines d’Alsace.

Par Sandrine Kauffer

Photo de Une : (De G à D) Joel Robuchon, Frederic Anton, Gérald Passédat, Alain Dutournier, Christophe Bacquié, Georges Blanc, Gilles Goujon et Alain Ducasse ©SandrineKauffer