Originaire de San Francisco, une ville rythmée par la « healthy food » et du « farm to table », Cybèle Idelot a toujours été amoureuse de la France. Sa cuisine ? Locavore et zéro-déchet, la cheffe s’est faite connaître avec son bistrot La Table de Cybèle à Boulogne-Billancourt où le végétal était mis à l’honneur. Souhaitant aller plus loin dans cette démarche, elle s’installe au Domaine les Bruyères avec son mari à Les Pideaux à Gambay (78) aux alentours de Versailles. 

En dehors de la capitale, sur un parc de 1,4 hectares, ils ont crée leur potager en permaculture et une forêt fruitière ainsi que cinq chambres d’hôtes avec le restaurant Ruche au sein d’une bâtisse d’époque. Une parenthèse au cœur de la Haute Vallée de Chevreuse…

Cybèle Idelot et son mari – Domaine Les Bruyères ©Virginie Garnier

Huit ans après avoir ouvert la Table de Cybèle, la cheffe travaille son propre écosystème pour donner une vision vertueuse de l’alimentation. Le potager fournit 100% des fruits, légumes et herbes utilisés à Ruche.

Domaine les Bruyères – Cibèle Idelot ©Virginie Garnier

Restaurant la Ruche – Domaine Les Bruyères ©Virginie Garnier

Parmi les plats à la carte, il y a par exemple l’aubergine au tamari maison et miel, beurre de miso de pois chiches, fraises vertes, géranium, pickles d’amandes fraiches en entrée, le pressé de pintade, asperges sauvages, kumquat lactofermenté et géranium en plat. En dessert, les cerises Burlat sont accompagnées d’un financier noisettes, glace aux épluchures de pomme de terre et citron.

Plat de la carte d’été – Cybèle Idelot ©Virginie Garnier

Plat d’été Cybèle Idelot ©Virginie Garnier

Avant de devenir cheffe, Cybèle a étudié les Beaux-Arts à San Francisco. C’est  donc tout naturellement qu’elle a décoré les cinq chambres du domaine. Toujours en lien avec la nature, les murs sont peints dans un camaïeu de verts, en rappel aux couleurs du platane dont les teintes évoluent au fil des saisons.

domainelesbruyeres.com

Pique Nique Domaine Les Bruyères ©Virginie Garnier