« Il y avait de la joie », au domaine de la Klauss à Montenach (57), le vendredi 26 avril 2019, lorsqu’Alexandre Keff, propriétaire du Domaine a reçu officiellement la plaque de bronze des Relais et Châteaux, en présence de Anthony Torkington, directeur de l’association. Ils étaient seulement 10 membres lors du dernier conseil d’administration a rejoindre la chaine, dont un seul établissement Français.
Nelson Monfort parrain de cœur de ce bel établissement 4*, a offert son dernier spectacle aux convives, « une causerie musicale » relatant avec passion la vie de Charles Trenet.
La soirée s’est poursuivie avec le diner de gala signé par Benoit Potdevin, en présence de Nicole et Jean-Georges Klein, Nicolas Decker, Brigitte et Georges Victor Schmitt, et la famille Keff, avec en bouquet final le magnifique feu d’artifice tiré depuis la terrasse.

 

Inauguré en 2016, le domaine de la Klauss connaît une ascension fulgurante, affichant d’emblée un taux d’occupation de 96%. D’un rustique chic, il se dégage un charme authentique sublimé par un panorama et une situation transfrontalière idéale (Luxembourg, Allemagne et France). Près de 5 millions d’euros ont été investis pour édifier cette bâtisse de caractère, en pierres authentiques, qui abrite 28 chambres et suites, dont la suite panoramique Simone. En 2017, le restaurant gastronomique Le « K » est créé et en 2019, une piscine extérieure vient compléter l’impressionnant offre du Spa Gemology de 800 m2.

Le domaine de la Klauss est primé «Hôtel de l’année» par Gilles Pudlowski en 2017, décrochant un «Villégiature Award», en 2018 qui récompense les plus beaux hôtels d’Europe, d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie, dont le jury est composé des plus grands journalistes de la presse mondiale. Ce prix a été remis par Nelson Monfort.

Nelson Monfort est le parrain de coeur du domaine de la Klauss ©Sandrine Kauffer-Binz

«J’ai beaucoup d’admiration et de respect pour le travail et le parcours d’Alexandre», tient à préciser Nelson Monfort. «Je suis le parrain de cœur du domaine de la Klauss uniquement par amitié et parce que j’aime sincèrement cet endroit. Je l’ai découvert lorsque j’étais dans le jury du prix Hôtel et Villégiature, les gratifiant du prix de l’Audace. Et c’est amplement mérité. S’avez-vous qu’Alexandre conjugue deux métiers ? Il est pilote de ligne chez Luxair Luxembourg Airlines, se lève à 4h du matin, voyage dans le monde entier et à son retour, porte l’envol du domaine de la Klauss. Il a osé un pari fou et c’est une très belle réussite hôtelière et surtout humaine. Alexandre fait preuve d’une grande générosité, d’une belle intelligence et d’un courage certain ».

En 2019, le domaine de la Klauss devient membre des Relais & Châteaux

«Chacune de nos Maisons, incarne les valeurs de l’association ; la transmission d’un patrimoine ainsi qu’un engagement à préserver l’environnement, tout en proposant des expériences uniques et des prestations de qualité dans des cadres exceptionnels », souligne Philippe Gombert, président International de l’association. «Depuis 60 ans, Relais & Châteaux se définit par un ensemble de valeurs partagées et le domaine de la Klauss réunit tous les critères pour rejoindre notre association».

La causerie musicale et la remise de la plaque se sont déroulées dans la salle de réception de l’auberge. «Ça prend tout son sens car tout part de l’auberge, sans l’auberge il n’y aurait pas de domaine de la Klauss », mentionne Alexandre Keff, saluant le travail et le soutien de son frère Frédéric et de son père Charles, qui se levait à 3 heures du matin pour aller chercher les pierres pour bâtir le domaine.

Alexandre Keff conjugue deux professions; pilote de ligne et hôtelier-restaurateur propriétaire du Domaine de la Klauss ©Sandrine Kauffer-Binz

« J’ai toujours donné un coup de main au service à l’auberge, mais je rêvais d’être pilote, je le suis devenu », raconte Alexandre Keff. « Sachant que les pilotes ont une carrière écourtée, je cherchai à investir dans une seconde vie professionnelle. J’aime être maitre de mon destin et je l’ai pris en main. J’ai fait une étude de marché et un hôtel complémentaire à l’auberge de la Klauss, tombait sous le sens pour capter cette capacité de clientèle existante (150 et 200 couverts/service), fidèle depuis plus de 60 ans.
Aujourd’hui avec nos 96% de taux de remplissage, on parle de succès. Mais je dirai qu’il est relatif et proportionnel à la somme d’obstacles qui ont été surmontés», souligne Alexandre Keff. «Il y a 7 ans, là où s’est érigé le domaine, il y avait un champ de céréales exploité par mon frère. Mon père était réticent, j’ai vraiment du le convaincre… mais au final toute la famille s’est investie corps et âme »

de G à D : Georges Victor Schmitt, Mathilde Valente, Alexandre Keff et Brigitte Schmitt ©Sandrine Kauffer-Binz

«J’ai toujours connu Relais & Châteaux par le biais de maman, qui m’avait emmené au congrès à Washington en 2007 lors de l’admission du Soldat de l’An 2. Quel souvenir, j’étais déjà séduit», reconnaît Alexandre Keff. «Quand Philippe Gombert m’a appelé pour m’annoncer que le domaine de la Klauss était admis, j’étais avec Brigitte et Georges-Victor Schmitt, autant dire que nous étions émus. La boucle était bouclée, c’est un juste retour des choses. J’ai également candidaté car mon ami Nicolas Decker a fait du lobbying », sourit-il. «Et je l’en remercie. Il est souvent venu au domaine et nous avons longuement échanger sur le développement et la gestion de nos entreprises, nous partageons une vision et des valeurs hôtelières communes».

Nicolas Decker a remis la plaque des Relais et Châteaux et Alexandre Keff ©Sandrine Kauffer-Binz

«Depuis un an, j’avais sollicité Alexandre pour qu’il rejoigne notre association», mentionne Nicolas Decker, propriétaire de la Cheneaudière à Colroy-la Roche, membre depuis 1974. Élu au Conseil d’Administration et délégué Grand Est (il y seulement 5 délégués en France), il a pour mission de détecter des établissements, qui correspondent aux valeurs des Relais & Châteaux.

«J’ai eu un véritable coup de cœur pour le domaine de la Klauss. La qualité de ses équipes, leur gentillesse, leur disponibilité, et leur naturel, soulignent le caractère familial. J’observe son évolution, et ce n’est que le début de son aventure. Il va bénéficier d’une visibilité internationale, gagner en notoriété, s’appuyer sur un réseau de professionnels, et prospérer grâce à la nouvelle stratégie de communication et de marketing».

«Je suis très fière de mon fils», confie Brigitte Schmitt, propriétaire du Soldat de l’An 2 à Phalsbourg. «Nous avons rejoint Relais & Châteaux en 2007. J’y tenais, je souhaitais absolument devenir membre de cette prestigieuse association, connue dans le monde entier. Nous avons transmis à Alexandre ces belles valeurs. Mon fils a eu le courage d’entreprendre et je l’ai toujours soutenu. A la genèse, il s’agissait de travailler en famille avec son frère et son père, qui tiennent l’auberge de la Klauss, pour d’apporter une offre hôtelière complémentaire. Aujourd’hui, nous sommes fiers de son parcours et de sa réussite».

De G à D : Jean-Noel Grau (Cheneaudière), Nicole Klein, Alexandre Keff, Jean-Georges Klein et Nicolas Decker ©Sandrine Kauffer-Binz

« Nous sommes une association à but non lucratif, au service de nos membres, des membres qui sont actionnaires », explique Anthony Torkington, le directeur de l’association. »Nous sommes 600 répartis dans le monde, 350 en Europe, dont 150 en France. Nous sommes rigoureux et exigeants dans notre sélection car nous sommes un club exclusif et n’avons pas la volonté de nous agrandir», précise-t-il mentionnant que chaque année, 25 membres quittent l’association pour -principalement – des raisons de qualité. La cuisine est notre adn, mais la cuisine gastronomique et éthique. L’aspect humain et l’engagement personnel des familles sont importants, et c’est ce que nous avons constaté et ressenti ici au domaine de la Klauss. Nous souhaitons nous assurer de cette proximité que nos membres doivent avoir avec les clients Relais et Châteaux. Alexandre, passionné, est fortement engagé au quotidien. Avec son taux d’occupation remarquable, je pense qu’au prochain Congrès à Londres, les membres vont le solliciter, car je crois qu’en France c’est un record», relève-t-il. «Enfin, il faut mentionner qu’un bon architecte et une capacité à investir ne suffisent pas à satsifaire la clientèle. Il faut insuffler un esprit à ses équipes, donner une âme à une maison, la rendre authentique et sincère et c’est ce que Alexandre a su faire.

Alexandre avec son papa Charles qui a fondé l’auberge de la Klauss ©Sandrine Kauffer-Binz

«Au nom de Philippe Gombert et des membres des Relais et Châteaux, nous sommes très fiers de vous accueillir et nous vous félicitons. Nous n’avons pas l’habitude de faire des cérémonies de remises de plaque, je crois que c’est une première, merci Alexandre de l’avoir organisée», mentionne Anthony Torkington, invitant Nicolas Decker, à dévoiler et remettre officiellement la plaque.

«C’est une grande fierté que nous partageons aussi avec nos équipes » rajoute Alexandre Keff, mentionnant Aurélia Wieseler Henry, sa directrice adjointe, «la tête pensante qui gère les équipes du restaurant et de l’hôtel. Nous allons renforcer la qualité de nos prestations, par le biais des formations internes. Nous allons nous donner les moyens d’être à la hauteur de la fleur de lys et incarner l’excellence à la française », conclut Alexandre Keff.

Benoit Potdevin signe la carte du restaurant « le K » ©Domaine de la Klauss

«Nous sommes membres depuis 2000 et Nicole, mon épouse était « déléguée Grand Est » pendant 5 ans », témoigne Jean-Georges Klein, chef de la Villa René Lalique à Winger sur Moder. Relais & Châteaux est une opportunité pour toutes les maisons éloignées des grandes villes. Ensemble, nous formons «La route du Bonheur», celle qui relie, tel un circuit, les maisons membres en France. Le domaine de la Klauss a toutes les qualités et les critères requis. Il incarne les valeurs de l’association ; la transmission d’un patrimoine, une expérience unique, des prestations de grandes qualités, un cadre et un environnement exceptionnels. L’établissement est idyllique, construit à partir de pierres de taille issues des terres du domaine. Cette authenticité confère un cachet certain et un supplément d’âme à la maison.
Neil Amstrong disait : «Les pilotes (en référence au métier d’Alexandre) se moquent de marcher. Ce qui les motivent c’est de pouvoir voler». Toute l’équipe de la Villa René Lalique souhaite à Alexandre et son équipe, un vol long courrier sur la voie du succès.»

Les pierres de taille confèrent une historicité et un cachet certain au domaine de la Klauss, inauguré il y a trois ans à peine

Puis tous les convives ont savouré le diner de gala orchestré par le chef Benoit Potdevin, formé à la Citadelle à Metz (1* Michelin), au château d’Adomenil à Luneville (1* Michelin), au restaurant Alexandre à Garon (2* Michelin), revenant chez Christophe Duffosé comme sous-chef, avant de faire l’ouverture du restaurant Le K au domaine de la Klauss.

Il a sublimé le caviar Osciètre Prestige de la Maison Sturnia, déposé sur un effiloché de King Crabe rafraichi au vinaigre de Kalamansi, puis le marbré de foie gras de canard de l’élevage du domaine a été servi mi-cuit et rôti escorté d’un chutney de maïs parfumé aux oignons grillée et sa pulpe de maïs. Le rouget barbet juste snacké a fait son effet avec son trompe l’œil de pommes de terre, son condiment pesto ail des ours, et le bouillon corsé de poissons de roches.

Le caviar Sturnia, partenaire de la soirée ©Sandrine Kauffer-Binz

Une seconde dégustation de caviar Sturia a coiffé l’émulsion de pommes de terre, qui recouvrait le salpicon d’anguille sauvage fumée, les croustillants de pain de campagne ont permis de renforcer cette belle longueur aromatique. Le suprême de volaille d’Arnaud Tauzin juste rôti au sautoir, sa cuisse exultant une cuisson de 24h ont partagé l’affiche avec une morille et un jus de volaille parfumé au vin jaune et crème crue Bordier.

dessert sur le thème de la fraise ©Sandrine Kauffer-Binz

En prélude du sucré, une quenelle de Stilton, sélectionné par Hervé MONS MOF fromager, affiné au porto Taylor’s LBW 2013 en l’honneur des origines d’Anthony Torkington a été dégustée avant l’ananas mariné et ses accompagnements exotiques, puis la fraise, enrobée de son chocolat blanc croquant, fourrée d’une mousseline gourmande à la vanille, un cœur de fraises au naturel, et sa gariguette juste marinée dans un caramel de balsamique et vin rouge, va finaliser ce menu de gala marquant l’entrée officielle du domaine de la Klauss dans la prestigieuse association des Relais & Châteaux.

Le somptueux domaine de Klauss

Par Sandrine Kauffer
crédit photo Domaine de la Kauss
Domaine de la Kauss
2 Impasse du Klaussberg
57480 Montenach
03 82 83 19 75
www.domainedelaklauss.com/
Publi-reportage

RELIRE

toutes les chambres portent le prénom d’un membre de la famille

 

diner de gala domaine de la Klauss

diner de gala domaine de la Klauss

la famille Keff, domaine de la Klauss

la famille Keff, domaine de la Klauss

Alexandre Keff et sa maman Brigitte Schmitt

Alexandre Keff et sa maman Brigitte Schmitt

feu d'article et diner de gala au Domaine de la Klauss

feu d’article et diner de gala au Domaine de la Klauss