Nicolas Multon dévoile une nouvelle sculpture en chocolat à la Villa René Lalique ©Stéphane Carrel et Karine Faby

Nicolas Multon dévoile une nouvelle sculpture en chocolat à la Villa René Lalique

Pour célébrer son centenaire, c’est au cœur de la Villa René Lalique que le chef pâtissier, Nicolas Multon, passionné par l’univers équin depuis son enfance, dévoile sa nouvelle création, la « Tête de Cheval ». Cette pièce unique de 10 kg et de 80 cm de haut, a nécessité plus de 30 heures de travail. Cette création exclusive symbolise l’élan personnel, la passion et l’appétit de liberté. C’est la deuxième pièce majeure créée à la Villa, la première en 2020, mettait à l’honneur René Lalique.

Il a réalisé cette œuvre en chocolat en collaboration avec Josiane Ruez, Maquettiste-Créatrice à la cire perdue, à la manufacture Lalique.

« En invitant Josiane Ruez à travailler sur cette nouvelle sculpture en chocolat qui fait écho à une passion personnelle, je souhaitais montrer les synergies entre nos deux métiers au sein de Lalique Group. Même si nous travaillons des matériaux très différents, nous sommes tous deux de grands passionnés de sculpture et d’art. »
Nicolas Multon.

La tête de cheval sculpté par Nicolas Multon ©Stephane Carrel

« Un véritable défi technique avec l’utilisation du chocolat, matière peu conventionnelle à la cire perdue, que je n’avais pas l’habitude de travailler. Ce fut un très beau projet mené́ en duo avec Nicolas Multon. Je suis d’autant plus heureuse d’avoir travaillée sur cette pièce inédite dont la passion de Nicolas m’a animée. »
Josiane Ruez.

Dans l’actualité de Nicolas Multon, « Planète pâtissier » sur Canal+

C’est au travers de la série documentaire Planète Pâtissiers, diffusée depuis le 26 septembre sur CANAL+DOCS, que le chef pâtissier a pu exprimer son univers créatif dont cette majestueuse sculpture, aux côtés de 3 autres chefs pâtissiers à savoir Nina Métayer (Délicatesserie), Marion Goettlé (Café Mirabelle, Paris), Maxime Frédéric (Cheval Blanc, Paris). L’occasion d’en savoir plus sur sa pâtisserie au miel bio récolté dans les ruches de la Villa René Lalique, agrémentée de serpolet et de citron confit, et travaillé en plusieurs températures pour varier les textures et la sucrosité.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @nicolasmulton

À propos de Nicolas Multon

Embrassant la même logique que Paul Stradner, le chef du restaurant, celui qui s’inspire naturellement du marché, d’une balade en forêt ou du verger, reconnaît qu’il cultive depuis longtemps ce qui pour d’autres, relève d’un retour aux sources récent : l’artisanat, la transmission et le respect du « temps long ». Relire ici notre article.

Paul Stradner, Hervé Schmitt, Romain Iltis et Nicolas Multon © Karine Faby

Les épluchures de pommes et de cerises deviennent des infusions, les noyaux concassés offrent un parfum d’amande. Un réflexe naturel pour celui qui a grandi avec les tartes aux cerises du jardin de sa grand-mère et dont il a gardé ce goût pour l’essentiel et le respect du produit. Et qu’il s’agisse aujourd’hui de pommes, de quetsches, de coing ou d’églantine, (pour ce dessinateur de la première heure).

Le dessert au miel de Nicolas Multon ©Karine Faby

Après avoir fait ses classes chez Antoine Westermann au Buerehiesel (67), puis dès 2002 à l’Amphitrion chez Jean-Paul Abadie, à Lorient (56), il rejoint le chef Jean-Georges Klein en 2009 à L’Arnsbourg à Baerenthal (57). Ce n’est pas un hasard si cet amateur d’art rejoint six ans plus tard, toujours avec la même équipe, la Villa René Lalique, lui, que la manufacture toute proche ne cesse de fasciner.

villarenelalique.com

Archive 2020 – Le buste de René Lalique tout en chocolat et sucre, est exposé à la Villa ©DR
Villa René Lalique ©Gilles Pernet