Henri Leconte ©V.Muller

Henri Leconte : « les moments épicuriens sont des temps forts de nos vies »

Rencontre avec cette légende du tennis français à l’occasion d’un reportage pour le magazine Good’Alsace, au Relais de la Poste à La Wantzenau. Henri Leconte est devenu un habitué de l’hôtel-restaurant, car il a développé à Reichstett, le village situé à 5 km, des cours de Padel.  «C’est un mélange entre le tennis et le squash », explique-t-il. «La raquette est plus légère, on joue à 4 sur un terrain de 20m/10m, qui est vitré. C’est un sport ludique, plus facile que le tennis, à pratiquer entre amis ou en famille et sans avoir de réelles conditions physiques». Henri Leconte ouvre des clubs Henri Leconte Padel Club et organise le HD Padel Tour.

Les moments épicuriens sont des temps forts de nos vies

« Quand je suis à Reichstett, je viens au relais de la Poste. C’est un écrin, je m’y sens tellement bien ». A 59 ans, le vainqueur de la coupe Davis en 1991, le joueur de tennis aux 9 titres en simple et aux 10 titres en double, fait l’éloge de la gastronomie, source de partage et de convivialité. « Les plaisirs de la table créent et resserrent les liens familiaux et amicaux. Mais, je suis un gourmet raisonnable», dit-il en souriant. « Au restaurant je ne prends qu’un plat et dans la mesure du possible, jamais de dessert».

Originaire du Nord, ce Cht’i résidant au Luxembourg, vient régulièrement en Alsace, savourant notre gastronomie, admirant la route des vins, appréciant un foie gras avec un bon Riesling vendange tardive, la tarte flambée et le baeckaoffe, l’esprit des plats à partager.

La tarte flambée, mieux qu’une spécialité, un phénomène de société
La tarte flambée, un plat à partager

«L’Alsace est connue et reconnue pour sa gastronomie et sa générosité. Mais, je suis trop gourmand et j’ai tendance à prendre du poids, je dois vraiment faire attention», sourit-il. «Le sport est mon allié, il n’y a pas de recettes miracles, ce qui fonctionne pour moi, ne conviendra pas forcément aux autres. La volonté est propre à chaque personnalité. Il faut une force mentale pour se ressaisir.»

La diététique des sportifs

Depuis les années 80, la diététique et les régimes des sportifs ont beaucoup évolué, grâce à des prises de sang, ils sont ultra-personnalisés. On parle de nutrition sportive, et d’adapter son apport calorique à la dépense énergétique. Il faut veiller à ne pas sur-consommer les protéines, éviter de sauter les repas, veiller à d’index glycémique des aliments (IG).

«J’adore faire le marché et cuisiner. Je reçois mes amis autour de plats tels des Saint-Jacques poêlées avec un zest d’olive-citron et une purée de chou-fleur ou un veau grillé bien saisi et mis au four, avec une jardinière de légumes. Je consomme davantage les poissons que les viandes et je préfère le salé au sucré. En ce moment, j’apprends à faire des tartes avec mes enfants, j’aime beaucoup ces moments de partage, on s’amuse ensemble en cuisine».

«Mais, chaque jour, nous sommes tous pressés comme des citrons», mentionne Henri Leconte. «Le stress est notre premier ennemi, bien souvent à la source de nos prises de poids et de nos maux quotidiens. J’ai de la chance d’avoir toujours considéré, que je n’exerçais pas un métier, mais que j’avais une passion, le tennis, qui pour moi était un jeu».

Pourtant sa carrière ne fut pas un long fleuve tranquille et même si il narre avec nostalgie le « match de sa vie » contre Pete Sampras, Henri Leconte garde présent à l’esprit ses échecs. «Nous apprenons tellement plus de nos défaites que de nos victoires. C’est dans la difficulté que se révèle notre personnalité», souligne-t-il, révélant avoir été opéré de 3 hernies discales. Il est pourtant de retour sur le terrain, en équipe, pour la coupe Davis en 1991. Il faut une volonté de fer pour y parvenir. Se tenir à une discipline, nourrir sa puissance intérieure, maitriser son alimentation source de son énergie. Il faut aussi croire en son potentiel, croire en son bonheur et profiter au quotidien des plaisirs de la vie, autour d’une belle table entre amis.

Pour parvenir à atteindre ses objectifs, le coaching peut être une solution. Il a créé avec son épouse Maya, HL & Co Wellbeing. Ensemble, ils proposent des prestations pour renforcer les performances et réveiller les talents. Parmi les fondamentaux ; faire du sport même 10mn / jour, manger équilibré, et boire beaucoup d’eau pour évacuer les toxines.

Henri Leconte et Sandrine Kauffer ©VMuller

Fiche gastronomique

Le matin

  • il consomme 2 tasses de jus de citron et gingembre
  • il court à jeun
  • petit-déjeuner : café, pain aux céréales, beurre, miel, jus d’orange

Henri Leconte est :

  • + poisson que viande
  • + fromage que dessert
  • + fou de champagnes
  • + Bordeaux que Bourgogne
  • + vin blanc que vin rouge

Son péché mignon ; la religieuse

Son plat d’enfance : un pâté aux pommes de terre, une spécialité de l’Allier que lui faisait sa grand-mère

Sa detox : cure de jus, manger « liquide »

religieuse au caramel