image_pdf

Pour celles et ceux qui étaient de sortie ce mercredi 9 juin 2021, pour l’ouverture tant attendue des restaurants, au même moment se déroulait la grande finale de Top Chef. Après 18 semaines de compétition, ils étaient 15 jeunes cuisiniers au début de l’émission et c’est finalement Sarah Mainguy de la brigade de Paul Pairet qui affrontait Mohamed Cheikh de l’équipe d’Hélène Darroze ! Un air de déjà vu ? Oui, l’année dernière, c’était la même configuration, opposant David Galienne et Adrien Cachot !

Pour l’occasion, la grande finale a eu lieu dans le palace le plus étoilé d’Europe, le George V à Paris. Pour cet événement, les deux finalistes ont eu la mission d’imaginer un menu complet, entrée, plat et dessert. Le but, convaincre les convives pour remporter cette ultime épreuve. Tous deux ont cuisiné pendant plus de 10 heures dans les cuisines du palace parisien, accompagné des anciens candidats.

Sarah Mainguy et Mohamed Cheikh – Top Chef

À la dégustation, les chefs de brigade d’un côté et 70 bénévoles de la Croix-Rouge de l’autre. Chaque année, Top Chef décide de faire participer l’association caritative à la grande finale pour une bonne raison, toute au long de l’émission, les aliments qui ne sont pas cuisinés partent directement chez eux. « Cela représente plus de 5 tonnes de denrées alimentaire chaque année, nous permettant de nourrir plus de 200 familles en région parisienne » soulignait le Docteur Françoise Fromageau Vice-présidente de la Croix-Rouge française.

Déroulement de la finale

Au fil de cette 12e saison, chacun des candidats a pu rechercher et dévoiler véritablement son identité culinaire. Deux univers bien différents se sont rencontrés. Force est de constater que dans ce sprint final, chacun d’eux à préférer partir sur des choses qu’ils maîtrisent. Et pourtant quelques surprises, en clin d’œil à des épreuves qui les auront marqués au cours de l’aventure.

L’entrée salsifis de Mohamed Cheikh – Top Chef

Du côté de Mohamed, cuisine traditionnelle française aux accents méditerranéens avec des twists ! Sur son entrée, il a décidé de sublimer un produit populaire mal aimé, les salsifis en le déclinant en trois textures différentes. Accompagnés d’une marinière de couteaux, gel de pickles d’échalotes et graines de tournesol. Pour son plat, homard breton, jus de crustacés flambé au pastis au condiment chermoula, houmous de pois chiche au zaatar, carottes des sables à l’huile d’argan. Sur cette assiette, il a fait l’unanimité ! Invitation au voyage, émotion et surtout grande maîtrise des cuissons et des goûts. Et en dessert, crème de chocolat criollo, crumble cacao et fleur de sel, cacahuète, crémeux de caramel, et pickles de citron confit.

Le plat de Homard Breton de Mohamed Cheikh – Top Chef

 

L’entrée poitrine fumée et Saint-Jacques de Sarah Mainguy – Top Chef

Sarah a décidé de proposer un menu sur des accords terre-mer, prenant du recul avec son  identité culinaire végétale. Son menu surprend donc sur cette lignée, avec en entrée, la Saint-Jacques et la poitrine fumé, purée de champignon, jus de poitrine et foccacia brulée avec du tarama de corail et de la crème d’herbes.

Le plat agneau et langoustine de Sarah Mainguy – Top Chef

Sur son plat, elle a décidé de sortir de sa zone de confort en utilisant de l’agneau (jusqu’ici ce thème ne lui avait pas réussi !) avec un pressé d’épaule d’agneau confite, langoustines et du topinambour rôti et farcis, huile d’aneth, oxalys et gel de dashi vinaigré. Et en dessert, de la pomme caramélise, compote de pommes coings et salicornes, tuile sarrasin, meringue d’algues nori et sauce cidre et jus de pomme à la salicorne. Son chef de brigade Paul Pairet a eu un réel coup de cœur pour ce dernier « si on me le sert dans un 3 étoiles, je ne bronche pas, c’est le meilleur dessert que j’ai mangé ces 5 dernières années. »

Verdict final

Deux vraies signatures culinaires et une égalité parfaite au moment du verdict des chefs de brigade, tout s’est donc joué avec les notes des 70 convives. Avec 54% des votes, c’est finalement Mohamed qui remporte cette 12e saison !

Philippe Etchebest, Paul Pairet, Hélène Darroze, Michel Sarran et Stéphane Rottenberg – Top Chef

Son actualité ? Il sera possible de le retrouver dans son restaurant éphémère Manzili, niché au cœur du jardin des plantes à Paris tout l’été et jusque début octobre 2021. Au menu, une cuisine méditerranéenne qui le représente et qui lui a permis entre autres, de gagner cette saison ! « Manzili, « ma maison » en arabe littéraire, est une réelle invitation au voyage et au partage, un lieu chaleureux qui se veut accueillant. Je vous invite à venir prendre un bol d’air autour des Jasmin et des Bougainvillier le temps d’un déjeuner ou d’un dîner. » affirmait-il à l’annonce de l’ouverture de son concept.

Restaurant éphémère Manzili par Mohamed Cheikh

À propos des candidats

Sarah Mainguy

Sarah Mainguy – Top Chef

À 25 ans, elle n’a jamais voulu faire de grandes maisons étoilées. Avant d’être cheffe, Sarah était Second de cuisine du Café Becot à Nantes, puis du Mary Celeste à Paris, et enfin Cheffe de partie à Hollybelly. Elle est aujourd’hui Cheffe et propriétaire du restaurant Vacarme à Nantes.

« J’ai fait Top Chef pour me challenger et savoir si j’étais capable de faire cette compétition. Je voulais voir comment je pouvais réagir face au stress. Et enfin et surtout, pour apprendre de nouvelles choses et évoluer sur mon style de cuisine. Je ne m’attendais pas à être en finale. J’ai conscience de la chance que j’ai d’en être arrivée là. Tout cela me stresse, car je me mets une grosse pression afin de ne pas décevoir. »

« Mohamed est un très bon candidat. Il est consciencieux, sérieux et perfectionniste. Son avantage est de connaître assez bien ce genre d’envois (en banquet) et de connaître également ce genre de cuisine (palace) ».

Mohamed Cheikh

Thomas Chisholm, Mohamed Cheikh, Arnaud Baptiste, Pierre Chomet – Top Chef

Mohamed, 28 ans, originaire de Fontenay-sous-Bois, a été chef de partie pour Philippe Labbe à l’hôtel Shangri- La de Paris, puis chef exécutif du Sofitel La Défense Paris. Dernièrement, il a été Chef des cuisines pour Éric Fréchon au Publicis Drugstore Paris.

« J’ai participé à ce concours, car c’était le meilleur moyen pour moi de me challenger, de savoir de quoi j’étais capable et de me confronter aux jeunes chefs de ma génération. C’est un concours que je suivais depuis de nombreuses années. J’ai toujours voulu rendre fiers mes parents et c’était le meilleur moyen de leur prouver ma réussite. Prouver à ceux qui ne croyaient pas en moi au début que tout est possible. »

« Sarah a une grande force de caractère, elle a un réel univers culinaire qui lui est propre. »

Par Margot Reinartz

Crédits photo : ©Marie Etchegoyen

RELIRE