Escapades gourmandes autour de Sélestat avec le guide Gault&Millau

« Le point de départ est à Sélestat » mentionne Marc Esquerré, le directeur des guides Gault & Millau, mentionnant une escapade extraite du guide  « des Escapades Gourmandes en Alsace-Lorraine » paru en 2021. Pour vous mettre l’eau à la bouche, où le pied à l’étrier, voici une sélection de tables, d’hôtels, d’artisans des métiers de la gastronomie pour concilier découvertes, oeno-tourisme, avec de belles sélections et recommandations dénichées par un expert.

Sélestat est une belle ville historique, dont les monuments déclinent les différentes époques : religieuses, militaires, d’époque royale, ou encore Renaissance, ce sont des joyaux divers à découvrir au fil des rues. En particulier, l’hôtel d’Ebersmunster, qui fut la résidence des abbés d’Ebersmunster, les vestiges de la commanderie de Saint-Jean, l’Arsenal Saint-Hilaire ou l’église gothique Saint-Georges aux très beaux vitraux. Pour s’initier aux ressources régionales, la Maison du Pain d’Alsace fournit un bon apprentissage et il faut voir aussi la très belle Bibliothèque Humaniste, dans l’ancienne Halle au blé. Facile de faire des emplettes gourmandes, à la boucherie Jaegli, à la Petite Ferme Riedwasen pour trouver nombre de produits régionaux, à la pâtisserie Kamm, très réputée.

La boucherie Jaegli à Sélestat

Depuis Sélestat, on gagne les collines en traversant la Route du Vin à Châtenois. Cette route fréquentée emprunte le Val de Villé, jusqu’à la gare de La Vancelle. De là, vous prenez à droite vers le village de La Vancelle, dans les bois. Étape privilégiée à l’Auberge Frankenbourg, une belle demeure familiale de grand confort à la cuisine réputée. Vous rejoignez Lièpvre, puis Rombach-le-Franc. Vous suivez ensuite la route du col de Fouchy, au milieu des sapins, avec de beaux points de vue sur la forêt vosgienne, notamment depuis le col. Étape à l’Auberge du Col à Froide Fontaine, dans les premiers lacets de la redescente. Vous redescendez ensuite sur le village de Fouchy, dans la vallée que vous suivez, en passant par Bassemberg jusqu’à Villé, gros bourg typique, aux jolies maisons alsaciennes. De là, vous prenez la route de Steige par Saint-Martin et Maisonsgoutte. À Steige, arrêt à la Ferme de Manou ; sur une petite route grimpant au-dessus du village, et juste après, chez Guth, étape réputée, à la fois pittoresque et moderne. Un arrêt chez Nusbaumer, fameux producteur d’eau-de-vie.

L’Auberge du Frankenbourg à La Vancelle

Depuis Steige, vous suivez le chemin qui mène à Ranrupt puis, au milieu des sapins émerge le charmant village de Colroy-la-Roche et sa célèbre hostellerie La Cheneaudière, un des plus beaux hôtels de l’Est de la France, en pleine nature, confort 5* et spa de haute qualité. Partir de Saint-Blaise-la-Roche (pause grignote gourmande à la boulangerie-pâtisserie Claulin), vous rejoignez ensuite Fouday pour une étape plaisante et familiale, l’hôtel Julien, qui offre également une cuisine de qualité.

L’hôtel Julien à Fouday

Prêt à chausser les crampons ? Il faut maintenant grimper dans la forêt, par la D57, jusqu’au col de la Charbonnière, avec la proche station de ski du Champ-du-Feu. On oblique ensuite par la D425 vers le col du Kreuzweg qui permet de rejoindre le typique village du Hohwald. Une route magnifique, l’hiver avec la neige, comme l’été dans un environnement forestier de toute beauté. Tout près du col, on se restaure à la Ferme-auberge du Kreuzweg.

 

En arrivant au Hohwald, l’Auberge du Lindenhof vous tend les bras. Et dans le village, station vosgienne réputée, les distractions ne manquent pas. Vous suivez ensuite la route d’Obernai en passant au Mont Sainte-Odile pour parvenir à l’abbaye de Hohenbourg, ou couvent du Mont Sainte-Odile, haut lieu de pèlerinage et de recueillement. Vous descendez ensuite sur Ottrott, typique village alsacien aux nombreuses maisons à colombages et réputé pour son vin rouge issu de pinot noir, le rouge d’Ottrott. Étape chez l’Ami Fritz, qui n’est pas un nom d’emprunt pour coller au célèbre personnage d’Erckmann Chatrian, mais bien le nom de l’aubergiste dans cette auberge familiale depuis plusieurs générations.

A l’Ami Fritz, commander les quenelles de brochet aux queues d’écrevisses pattes rouges ©S. Kauffer-Binz

Depuis Ottrott, les amateurs de belles et nobles pierres s’offriront la balade jusqu’aux ruines de deux châteaux superbes, nichés dans la forêt, le Rathsamhausen et le Lutzelbourg, proches l’un de l’autre, une vision presque féérique en pleine nature.

Le Mont Sainte Odile ©Tristan Vuano

À trois kilomètres, Obernai vous tend les bras. Une ville bijou, un concentré de toutes les beautés de l’Alsace dans une cité vivante et animée, aux multiples trésors gastronomiques, deux grandes maisons à trois toques, de belles auberges, des winstubs et des bistrots. Pour les emplettes, de nombreuses ressources également. Pour dormir, l’Hôtel du Parc, avec une table de qualité.

Le Freiberg -Obernai

Pour manger, de nombreuses possibilités dans notre sélection, La Fourchette des Ducs, Thierry Schwartz, Osmose ou encore Le Freiberg et l’Agneau d’Or pour du régional simple et bon.

La pâtisserie Gross assure les petits plaisirs à l’heure du goûter ou pour le petit-déjeuner. Et le domaine Robert Blanck est un classique parmi les vignerons locaux. Vous partirez en balade depuis la magnifique Halle aux blés, avant de rayonner. À voir absolument, l’Hôtel de Ville, le célèbre beffroi Kappelturm, dont la première construction date du XIIIe siècle, la fontaine Sainte-Odile, le puits à Six Seaux ainsi que l’église néo-gothique Saint-Pierre et Paul, qui domine la rivière l’Ehn.

Vous suivrez désormais la Route des Vins, partant d’Obernai vers Barr. On passe tout d’abord à Heiligenstein, village connu pour un cépage rare, le savagnin rose, qui donne un blanc délicat, le Klevener d’Heiligenstein (à ne pas confondre avec le Klevner, autre nom du pinot blanc). Visite de cave au domaine Heywang et petit détour par la ferme de Truttenhausen pour découvrir de très bons produits régionaux.

Klevener d’Heiligenstein au domaine Heywang

Barr, avec sa belle place de l’Hôtel de Ville, est une agréable petite cité dynamique, que vous traversez pour gagner Mittelbergheim, très joli village (parmi les Plus Beaux Villages de France) aux vignerons réputés (dont le domaine Rietsch, à visiter), puis Andlau, qui fut le fief des seigneurs d’Andlau, et offre deux tables agréables, le Val d’Eléon et le Bœuf Rouge.

L’hotel Arnold, juste en face de Winstub, au coeur du vignoble ©Sandrine Kauffer-Binz

On passe ensuite à Itterswiller, charmant lieu fleuri offrant quelques belles vues sur le vignoble, et sa très réputée Winstub Arnold dans une typique maison à colombages, avant de poursuivre cette route viticole, avec Nothalten (visite chez une des vedettes actuelles du vignoble, le domaine Julien Meyer), Blienschwiller, où vous trouverez l’incontournable Pressoir de Bacchus de Sylvie Grucker.

Sylvie Grucker décroche le trophée terroir d’exception. ici son mari Gilles ©Sandrine Kauffer-Binz

Vous rejoignez ensuite Dambach-la-Ville, aux remparts bien conservés, où vous pénétrez par l’une des portes médiévales. Cette cité historique et pittoresque est aussi l’une des grandes places viticoles avec soixante vignerons sur le seul territoire communal : le record d’Alsace ! Visiter le domaine Kirschner, et la pâtisserie Kamm, alter ego de sa cousine de Sélestat, vous offre de belles douceurs. Vous poursuivez ensuite sur Dieffenthal, puis Scherwiller (arrêt conseillé au restaurant La Couronne), avant de revenir à votre point de départ, Sélestat.

Par Marc Esquerré

tarte flambée à  La Couronne à Scherwiller