De nouvelles chambres au Frankenbourg à la Vancelle

Toujours dynamiques et en mouvement, les deux frères Buecher, Sébastien en cuisine et Guillaume en salle conduisent l’auberge du Frankenbourg de leurs parents Marie-Louise et Aimé, vers une nouvelle destinée, à évoluer conjointement dans l’air du temps, tout en préservant l’authenticité et leur charme d’une demeure familiale.

En 2009, la Vancelle voit surgir, un « ovni sorti de terre » selon l’expression consacrée de Gilles Pudlowski, attribuant à la nouvelle salle de restaurant, le titre de « décor de l’année » dans son édition Pudlo 2010.

La famille Buecher réalise en 2010 les travaux de l’entrée et de la cave à vins du jour vitrée que tout un chacun peut admirer. Enfin, Confidences, la nouvelle école de cuisine de Sébastien Buecher est crée pour répondre à une demande grandissante des clients gourmets.

En 2011 des travaux de rénovation et d’embellissement de 8 chambres de l’hotel (sur 11) viennent de s’achever, « sans avoir réévaluer les tarifs qui se maintienne à 75€/nuitée » souligne Guillaume Buecher.

Pour un investissement de 200.000€, 8 chambres ont été entièrement refaites, valorisées par de nouvelles salle de bain.  » Au-delà de la présence d’un maitre-d’œuvre, nous avons refait la décoration avec l’aide d’entreprises locales » précise Guillaume Buecher. « Et toute la famille participe aux travaux de finitions et de décorations ».

« Chiner est ma passion », confie Guillaume, « j’ai entrepris un travail consciencieux de recherches pour sélectionner des meubles design ou de l’époque des « 30 glorieuses », comme ces chaises de Charles Eames.

Dans la continuité de la salle de restaurant « rustico-moderne » tout s’harmonise parfaitement avec une ambiance « naturelle » qui règne dans les chambres, où prédominent des tonalités douces et chaleureuses, marron, gris-chaux, ou bois blond. Chacune a sa propre identité déterminée par le mobilier contemporain et chiné, qui se marient à merveille.

Aux murs, vous retrouvez la touche culinaire et artistique du chef Sébastien Buecher, puisque des agrandissements de photos de plats sont exposés pour faire languir les gourmets.

En 2012, la famille Buecher projette d’entreprendre les travaux du couloir et de la cage d’escaliers de l’hotel, « et c’est sans doute notre plus gros chantier à venir » spécifie Guillaume Buecher.

Au Frankenbourg, une autre artiste est mise en exergue en ces lieux, il s’agit de la Polonaise Ewa Bathelier qui expose dans la salle de restaurant ses tableaux « grandioses »

C’est le coup de coeur de Guillaume Buecher, qui avait découvert son exposition au « Conservatoire chez Marco Heimlich » se souvient-il. Ses expositions sont saisonnières, et les grands formats sur lesquels elle projette son imaginaire sont parfaitement adaptés aux hauteurs du restaurant, bâti sur le modèle d’une ancienne grange.

Quelques nouvelles du salon Cocate situé, pour ceux qui font appel à leur mémoire dans l’ancienne salle de restaurant, à gauche de l’entrée. Aujourd’hui, ce coquet salon « heimlich » privatif peut accueillir des tablées 15 à 20 personnes, dans un cadre plus intimiste, près de la cheminée.

Enfin, un nouveau site Internet vient de naître « plus moderne, déclinable sur tous les supports : smartphones, tablettes, parce qu’il est sans flash » explique Guillaume Buecher, qui en maitrise le back-office.

Le nouveau site beaucoup plus  » visuel », met en scène l’établissement et la cuisine avec de nombreuses photos signées ©Nis & For. « Nous sommes une structure familiale et Internet reste un bon moyen de communiquer » souligne Guillaume. « On le voit bien avec les réseaux sociaux comme FaceBook qui nous amène de nouveaux clients, et d’ailleurs, en parrallèle, nous sommes en pleine création d’un blog purement « Frankenbourg-clientèle! » « annonce-t-il, tout sourire.

Par Sandrine Kauffer

Frankenbourg.com

Guillaume en salle et Sébastien en cuisine ( à droite)