Après avoir ouvert son restaurant Quinsou en 2016, le chef Antonin Bonnet reprend la boucherie historique de la rue de l’Abbé Grégoire, à Paris (75).

Dans le prolongement de la philosophie de sa cuisine, sa boucherie Grégoire entend offrir des produits vertueux et délicieux, en faisant se succéder bon sens et saison.

L’équipe de la Boucherie Grégoire © Virginie Garnier

À quelques mètres seulement de Quinsou, son restaurant 1*, Antonin Bonnet ouvre sa boucherie Grégoire.

© Virginie Garnier

Reprenant la boucherie historique de l’Abbé Grégoire, il fait le pari d’un commerce soit à la fois beau, bon, sain et juste. Convaincu que c’est « en mangeant aujourd’hui que nous pensons nécessairement à demain », Antonin Bonnet crée une passerelle entre un restaurant et un commerce de bouche éthique, gastronomique, culturel et sociétal.

© Virginie Garnier

Chez lui, pas de « bas morceaux », synergie avec le restaurant pour que chaque produit soit travaillé à 100% et lutte contre le gaspillage alimentaire.

© Virginie Garnier

Reprenant les éleveurs avec qui le chef a l’habitude de collaborer pour Quinsou, le veau et le bœuf proviennent d’Anne-Laure Jolivet, le veau corse de Jacques Abatucci, le cochon de Jean-Charles Pied à la Ferme de la Gruzardière, les volailles de Fleur Godart, les conserves et certains pâtés de Francis Claude…

En plus des viandes, Antonin Bonnet propose des spécialités bouchères et charcutières à découvrir : le poulet rôti du dimanche à la feuille de figuier, les caillettes cévenoles aux blettes, le fricandeau aveyronnais, des merguez aux épices Shira, du pâté de foie de porc à la baie de genièvre.

Caillette cevenole aux blettes © Virginie Garnier

Merguez © Virginie Garnier

Des salades complètent l’offre suivant les saisons : haricots verts et feuilles d’épinards aux échalotes, tomates aux citrons confits et persil, betterave au cresson et oignons rouges confits.

La Boucherie Grégoire
29 rue de l’Abbé Grégoire
75006 Paris
01 42 22 58 41

Antonnin Bonnet © Virginie Garnier

© Virginie Garnier

© Virginie Garnier

Une planche de terrines © Virginie Garnier