©M. Reinartz

Galettes des rois solidaires Femmes de Foot et Racing Club de Strasbourg

À l’occasion de l’Epiphanie, l’association Femmes de Foot présidée par Sabryna Keller et le Racing Club de Strasbourg présidé par Marc Keller ont imaginé la première édition des galettes des rois solidaires. Une idée gourmande, qui mettra à l’honneur et à contribution le savoir-faire de boulangers et pâtissiers alsaciens. En participant à cette opération, l’association Femmes de Foot financera tout au long de l’année des doudous « GHRibouille » fabriqués dans un ESAT à Thann et destinés aux enfants hospitalisés. 

Dès le début du mois de janvier 2022, 16 boulangeries et pâtisseries alsaciennes proposeront dans leurs vitrines des galettes des rois à l’effigie du club de coeur des alsaciens et de son association. Un produit traditionnel, préparé par des artisans à travers l’Alsace, dans lequel se trouvera une fève Racing ou Femmes de Foot.

« Merci aux 17 artisans boulangers pâtissiers de la région d’avoir joué le jeu en participant à l’opération, mentionne Sabryna Keller.

Merci, de rien… ! Slogan de la 1ère édition ©M. Reinartz

Une opération de coeur, en faveur des enfants hospitalisés de la région.

Pour ces galettes des rois solidaires, l’association Femmes de Foot et le Racing ont uni leurs couleurs autour d’une phrase emblématique « Merci… de rien ! », faisant écho à la ferveur et à la générosité des supporters et supportrices du club alsacien.

Pourquoi des doudous ?

Car il s’agit d’un outil pédagogique d’un grand réconfort, pour ces enfants qui ne peuvent pas emmener leurs propres doudous lors de leur passage à l’hôpital en cette période de crise sanitaire.

1ère édition de la Galette des rois Racing x Femmes de foot

Où trouver la galette ?

Dans le Bas-Rhin (67)

ACHENHEIM

DRUSENHEIM

FURDENHEIM

HAGUENAU

MARLENHEIM

STRASBOURG

VAL DE MODER :

Dans le Haut-Rhin (68) :

BUHL

COLMAR

OBERHERGHEIM

RIBEAUVILLÉ

RIEDISHEIM

VOGELSTEIN

WITTENHEIM

femmesdefoot.com

Galette des rois solidaire Femmes de foot et Racing ©M. Reinartz
Sandrine Kauffer-Binz et Sabryna Keller