Le Festival Culinaire Bernard Loiseau célèbre sa 15ème édition !

Organisé depuis 2006 à l’Ile Maurice au sein du groupe Constance Hotels, le Festival se déroulera cette année du 21 au 29 mars.

Cette édition 2020 consacre l’association de deux grands noms de la gastronomie et de la pâtisserie française : Bernard Loiseau et Pierre Hermé, à travers 2 séries de concours, l’une dédié au « salé », à la sommellerie et aux arts de la table et la seconde aux desserts et au café.

« Le Festival Culinaire Bernard Loiseau » regroupera le Trophée de sommellerie, le Trophée mixologie, le Trophée arts de la table, le Trophée Deutz et le Trophée culinaire. Tandis que « Le Festival Culinaire Pierre Hermé » concerne les épreuves sucrées : le Trophée Nespresso et le Trophée Pierre Hermé – Valrhona de pâtisserie.

En 2019, c’est le binôme composé de Sasha Dinoo et Sascha Kemmerer qui avait remporté l’épreuve phare de ce festival, le trophée culinaire.

Les candidats au Trophée Culinaire Bernard Loiseau

Les chefs en compétition cette année sont tous lauréats d’éditions précédentes :

  • Wahabi Nouri, gagnant en 2007 et chef du restaurant Le Piment Rouge (Allemagne)
  • Sascha Kemmerer, gagnant en 2019 et chef du restaurant Kilian Stuba (Autriche)
  • Luc Mobihan, gagnant en 2013 et chef du restaurant Le Saint Placide (France)
  • Serge Vieira, gagnant en 2011 et chef du restaurant Serge Vieira (France)
  • William Ledeuil, gagnant en 2017 et chef du restaurant Ze Kitchen Galerie (France)
  • Michael Reis, gagnant en 2018 et chef du restaurant Johanns (Allemagne)

Ils cuisineront à quatre mains avec six autres chefs officiant dans l’un des hôtels du groupe Constance – les « Chefs de Constance » – situées à l’île Maurice, aux Maldives et aux Seychelles.

Le jury du concours culinaire sera composé entre autres de Dominique Loiseau (Présidente du jury), Patrick Bertron (chef du restaurant Relais Bernard Loiseau, 2*) et Andreas Larsson (élu meilleur sommelier du monde en 2007).

Le Trophée Pierre Hermé-Valrhona de pâtisserie

Au fil des années, ce Trophée autour des desserts est devenu aussi important que le concours culinaire. Il se déroule de la même façon, à savoir un travail en binôme associant un chef européen et un chef de Constance. Année après année, le niveau de qualité excelle et les desserts présentés sont de plus en plus innovants.

Pour l’édition 2020, les six chefs sélectionnés sont tous français :

  • Eric Vergne
  • Pascal Lac
  • Sébastien Bouillet
  • Vincent Guerlais
  • Jérôme de Oliveira
  • Thierry Bridon

Le jury de l’édition précédente : Mercotte, Pierre Hermé, Frédéric Cassel et Quentin Bailly.

Le jury sera composé des chefs pâtissiers Pierre Hermé et Frédéric Cassel (également président de la prestigieuse Association Relais Desserts), ainsi que de Mercotte (animatrice TV et blogueuse culinaire).

Le Constance Festival Culinaire

Depuis 2006, chefs cuisiniers et pâtissiers du monde entier se donnent rendez-vous au Constance Belle Mare Plage de l’Ile Maurice pour cuisiner en duo avec les chefs des hôtels du groupe Constance et partager leur passion commune pour l’art culinaire.

Durant la semaine, 7 concours se succéderont, ainsi que des dégustations, des master class et plusieurs dîners exceptionnels. Une cérémonie de remise des prix clôturera le festival.

Au-delà des concours, le Constance Festival Culinaire est d’abord un moment de convivialité, de partage et de rencontres entre professionnels du métier et passionnés, réunis par et pour l’amour de la gastronomie et de la pâtisserie.




Maxence Cardon-Ravat remporte le premier Trophée Pro Bernard Loiseau

La 1ère édition du Trophée Tro Bernard Loiseau s’est déroulée le mardi 5 novembre 2019 dans le cadre de la Foire internationale et gastronomique de Dijon.

Le Grand Prix a été décerné à Maxence Cardon-Ravat, 18 ans, apprenti au Château Mont-Joly* à Sampans (39).

Après 5 heures de compétition, le benjamin de la compétition a conquis le jury par la qualité de son travail, l’harmonie gustative de ses plats et sa parfaite organisation en cuisine.

Le vainqueur du Grand Prix s’est vu remettre un trophée en porcelaine créé par la Manufacture de Longchamp et qui sera remis en jeu à chaque édition.

Le palmarès complet

Le prix du meilleur plat a été attribué à Anthonin Favard, Abbaye de La Bussière* à La Bussière sur Ouche (Côte d’Or). Et celui de la meilleure entrée à Franco Bowanee, Château de Vault de Lugny* (Yonne).

Karina Laval, commis de Franco Bowanee, remporte le prix du meilleur commis.

Remise du prix du meilleur commis à Karine LAVAL ©Dijon Congrexpo-Philippe Hiest

Remise du prix de la meilleure entrée à Franco BOWANEE ©Dijon Congrexpo-Philippe Hiest

Remise du prix du meilleur plat à Anthonin Favard ©Dijon Congrexpo-Philippe Hiest

Le jury

Ce premier jury était co-présidé par Patrick BERTRON, La Côte d’Or** du Relais Bernard Loiseau à Saulieu et Serge VIEIRA, restaurant gastronomique Serge Vieira** à Chaudes-Aigues (Cantal), Bocuse d’Or 2005 et Président de la Team France.

Ils étaient accompagnés de 16 chefs renommés :

  • Yohann Chapuis, Restaurant Greuze* à Tournus, en Saône-et-Loire
  • Davy Tissot, MOF et Bocuse d’Or 2019, Restaurant Saisons à Ecully, en Rhône-Alpes
  • Romuald Fassenet, MOF, Château du Mont Joly* à Sampan, dans le Jura
  • Guillaume Royer, MOF, Abbaye de la Bussière* à La Bussière-sur-Ouche, en Côte-d’Or
  • Stéphane Derbord, Restaurant Derbord* à Dijon, en Côte-d’Or
  • Sébastien Grospellier, La Table de Chaintré* à Chaintré, en Saône-et-Loire
  • Takashi Kinoshita, Château de Courban* à Courban, en Côte-d’Or
  • David Le Comte, Auberge de la Charme* à Prenois, en Côte-d’Or
  • Jocelyne Lotz-Choquart, ancienne cheffe à Nancray, dans le Doubs
  • Édouard Mignot, Restaurant ED EM* à Chassagne-Montrachet, en Côte-d’Or
  • Gonzalo Pineiro, Le Château Bourgogne à Dijon, en Côte-d’Or
  • Julien Poisot, Restaurant le Duèze* à Mercuès, dans le Lot
  • Émilie Rey, Restaurant ED EM* à Chassagne-Montrachet, en Côte-d’Or
  • Cécile Riotte, Restaurant Le Vaudésir à Avallon, dans l’Yonne
  • Giada Scarton, Restaurant Les Pôpiettes à Beaune, en Côte-d’Or
  • David Zuddas, Restaurant DZ’Envies à Dijon, en Côte-d’Or

Les membres du jury avec, au centre, Serge Vieira et Patrick Bertron ©Dijon Congrexpo-Philippe Hiest

Les six candidats sélectionnés sur dossier devaient réaliser deux plats pour 8 personnes :

  • une entrée : composition de légumes de saison frais
  • un plat : pièce de boeuf charolais en croûte au jus de boeuf et au poivre, accompagnée de 3 garnitures (un tonneau de pommes de terre farci à la queue de boeuf et à la moëlle, une garniture au chou vert frais et la dernière au choix du candidat).

Ils ont été évalués sur des critères tels que l’équilibre et l’originalité des saveurs, l’originalité de la présentation, la qualité gustative, l’assaisonnement et la température ; mais aussi sur la netteté et la propreté du travail présenté, et la gestion des marchandises et le gaspillage.

Maxence CARDON-RAVAT à l’oeuvre-©Dijon Congrexpo-Philippe Hiest

A propos du Trophée Pro Bernard Loiseau

Organisé par Dijon Congrexpo et la Maison Bernard Loiseau, ce concours culinaire de haut niveau est réservé aux cuisiniers professionnels en exercice.

Jean Battault, Président de Dijon Congrexpo, souligne que « ce concours répond pleinement à la vocation gastronomique de la Foire, qui est de mettre en lumière le savoir-faire des professionnels des métiers de bouche et de faire émerger de nouveaux talents ».

Le Trophée pro Bernard Loiseau aura lieu tous les deux ans. Le souhait est de mettre en place une présélection afin que ce Trophée pro “comme tous les grands concours, se décline en demi-finale puis finale afin de lui conférer une envergure nationale” précise Ahlame Buisard, directrice générale du Groupe Bernard Loiseau.

Les candidats ©Dijon Congrexpo-Philippe Hiest




Eric Goettelmann, Sommelier Meilleur Ouvrier de France, rejoint le restaurant Paul Bocuse

Dès janvier 2020, le restaurant Paul Bocuse à Collonges-au-Mont-d’Or (69) accueillera au poste de Chef Sommelier, un cinquième Meilleur Ouvrier de France, Eric Goettelmann, élu à plusieurs reprises « Sommelier de l’année » par le magazine Le Chef.

Après 19 années chez Bernard Loiseau et un titre de Meilleur Ouvrier de France en 2018, Eric Goettelmann se dit très motivé à l’idée de rejoindre l’équipage du restaurant Paul Bocuse :

« Il y a des opportunités qui chamboulent et qui vous font tout remettre en question. Le restaurant Paul Bocuse en fait partie. La Maison de Bernard Loiseau est ma seconde famille, et seul un projet ambitieux, exaltant et fédérateur pouvait me faire songer à quitter Saulieu. […] Aujourd’hui je suis à la fois extrêmement enthousiaste de contribuer au grand projet du restaurant Paul Bocuse, mais aussi ému de quitter cette grande famille Bernard Loiseau à qui je voudrais dire du fond du coeur, merci. »

Dès le 23 janvier 2020, Eric Goettelmann prendra ses fonctions de Chef Sommelier à Collonges-au-Mont-d’Or.

Pour Vincent Le Roux, accueillir Eric Gottelmann nourrit un projet plus ambitieux que la satisfaction de réunir 5 Meilleurs Ouvriers de France : « Eric Goettelmann est non seulement un sommelier exceptionnel, reconnu par tous comme étant une des meilleurs dans le monde, mais c’est aussi un homme de challenge, un pilier dans une maison, et c’est aussi son âme, sa vision de la sommellerie et sa façon d’entrevoir l’expérience client dans sa globalité qui nous ont séduits. C’est avec une joie immense que nous nous apprêtons à intégrer Eric à notre grand projet. »

Eric Goettelmann travaillera en coulisse à partir de début janvier avec sa nouvelle équipe, avant d’intégrer officiellement la salle quelques semaines plus tard.

À propos d’Eric Goettelmann

Né en Alsace, au cœur d’un des plus beaux vignobles de France, c’est grâce à la rencontre avec des passionnés du flacon, alsaciens et capables de parler du vin avec émotion , qu’Éric Goettelmann goûte et s’initie à ce breuvage.

Motivé par l’envie d’aller très haut et convaincu que pour y parvenir, il faut apprendre des meilleurs, il se forme à Beaune auprès de Georges Pertuiset, meilleur sommelier de France 1980.

Les mêmes raisons l’amènent à se présenter à Bernard Loiseau en octobre 2000, impressionné par l’homme et son parcours. Pendant 19 ans, il mettra son talent au service des 6 établissements du groupe, développant de nouveaux concepts et chinant à travers le monde des perles rares produites par des artisans au grand cœur.

Au cours des 14 dernières années, il a remporté de nombreux concours : Sommelier de l’année à 3 reprises, certification internationale ASI Gold en 2018, jusqu’à ce titre de Meilleur Ouvrier de France, toujours en 2018. Il dispense aussi des cours à l’INSEEC, HEC et en CFA (Centre de Formations des Apprentis).




La Côte d’or, une histoire de Femmes et d’Hommes (2/3)

l’équipe entoure Eric Rousseau, qui prend sa retraite

Le relais Bernard Loiseau fut longtemps incarné par le charismatique et médiatique Bernard Loiseau, grand chef cuisinier trois étoiles Michelin (1951-2003). Mais depuis sa disparition, l’aventure de ce haut lieu d’hôtellerie et de gastronomie s’est poursuivie, son épouse Dominique Loiseau, toujours à la gestion et direction puis à la présidence de la SA.

Son fidèle second, Patrick Bertron, avec qui Bernard Loiseau partagea les fourneaux pendant 21 ans, a conservé son patrimoine culinaire, maintenant à la carte une sélection des plats signatures, tout en proposant une carte personnelle, évolutive. En salle Eric Rousseau a tiré sa révérence professionnelle en 2018, et une nouvelle génération se positionne en escadron, pour conduire l’institution, cotée en bourse, au bout de sa légende.

 

Un peu d’histoire ; le saviez-vous ?

À Saulieu, l’Hostellerie La Côte d’Or était autrefois un relais de poste. En 1904, La Côte d’Or est acquise par Paul Budin et son épouse Elise. Leur chef Jean-Baptiste Monin y crée le jambon à la crème et le Guide Michelin lui décerne une étoile en 1926.

En 1930, La Côte d’Or est reprise par Alexandre Dumaine (1895 – 1974) et son épouse Jeanne. En à peine un an, La Côte d’Or obtient une deuxième étoile, et même une troisième en 1935 (conservée jusqu’en 1964). La réputation d’Alexandre Dumaine est à son apogée. Il accueille des personnalités du monde politique, artistique ou littéraire comme le roi d’Espagne, le Prince Rainier, Orson Welles, Edith Piaf, Charlie Chaplin, Gary Cooper, Salvador Dali. À cette époque, La Côte d’Or s’affirme comme une étape gastronomique incontournable, avec « Point » à Vienne et « Pic » à Valence. L’actuelle salle des petits-déjeuners est installée dans l’ancienne mythique salle gastronomique « Alexandre Dumaine »,  classée en 1904. Sa décoration composée de peintures sur lambris, de glacis sur les murs, de motifs en arabesques sur le plafond et d’un sol en céramique de Perrusson confèrent l’authenticité des lieux.

De la Côte d’Or au Relais Bernard Loiseau ;  retour en 2019 à la Côte d’Or 

De 1963 à 1975, c’est au tour de François Minot de reprendre l’établissement. Claude Verger décide ensuite de le racheter et d’en confier la direction à son poulain, le jeune Bernard Loiseau, qui rendra son nom indissociable de la mythique Côte d’Or.

Bernard Loiseau en devient propriétaire en 1982. Sous sa direction, le restaurant La Côte d’Or connait un nouvel âge d’or avec l’attribution d’une deuxième étoile au Guide Michelin en 1981, puis la consécration avec la troisième étoile dix ans plus tard, en 1991. Ainsi, en 2000, l’établissement devient le premier Relais & Châteaux avec un restaurant 3 étoiles Michelin à s’être doté d’un très joli Spa intégré à son hôtel.

Dominique et Bernard Loiseau (photo archive)

C’est en 2003, que La Côte d’Or devient le Relais Bernard Loiseau, un nom qui évoque d’abord l’ancienne fonction des lieux – relais de poste – et son appartenance à l’association Relais & Châteaux (depuis 1975). Le départ tragique du chef bouleverse les équipes qui n’ont eu de cesse de lui rendre hommage. Le relais Bernard Loiseau demeure tel quel, mais la salle du restaurant gastronomique, a retrouvé son nom d’origine.

Pendant des années, toute une équipe a cultivé la mémoire du chef disparu, son histoire et ses valeurs. Présidente Directrice Générale du Groupe Bernard Loiseau, Dominique Loiseau a su développer l’entreprise, l’adapter aux évolutions, insuffler de la modernité, du confort, tout en préservant l’âme familiale de la maison et la tradition. Fil conducteur et témoins de son histoire, des Femmes et des Hommes sont les gardiens de ce temple de la gastronomie. Aujourd’hui, rejoint par des jeunes talents, la brigade inter-générationnelle, demeure dans l’air du temps, conjuguant tradition et modernité.

« Après 37 ans de fidélité au Relais Bernard Loiseau, avec une passion et un engagement qui n’ont d’égal que son humilité et sa gentillesse », mentionne Dominique Loiseau, « Patrick Bertron court à présent après un nouveau rêve : reconquérir la 3ème étoile au Guide Michelin… son étoile ! ».

Dominique Loiseau est la « Femme en Or » de l’entreprise 2015 !

« Notre maison est vivante, dynamique et elle va de l’avant. Tout en restant férocement attachés à nos racines et à nos valeurs, nous nous devons de continuer à innover. Cette quête d’innovation passe par l’empathie. C’est en se mettant à la place des clients et en anticipant leurs besoins, que naissent les idées. Par ailleurs, tout ce que nous faisons doit avoir du sens et doit être cohérent. Cohérent avec un homme, avec une maison et avec une région. J’y tiens énormément », s’exclame Dominique Loiseau.

Une histoire de Femmes

La présidente Dominique Loiseau

Puisant ses racines dans les valeurs alsaciennes, biochimiste de formation, professeur certifiée en sciences de l’alimentation au Lycée technique hôtelier Jean Drouant à Paris, puis journaliste à L’Hôtellerie, ce qui favorisera la rencontre avec Bernard Loiseau. Dès 1990, elle rejoint Saulieu et dirige le Relais Bernard Loiseau. « Quand il a disparu, je ne me suis pas posée de question. Je me devais d’essayer de perpétuer son œuvre, de faire vivre son héritage. Pour Bernard, pour nos enfants (Bérangère née en 1989, Bastien né en 1991 et Blanche en 1996), pour ses équipes et pour ses clients qui l’adulaient.

Photo de famille; assises : Dominique et Bérangère Loiseau. Debout Blanche et Bastien. Copyright : PhotoCreaNomade

« C’était mon rôle. Ma mission », précise-t-elle. En février 2003, Dominique Loiseau est nommée Présidente du Groupe Bernard Loiseau. En 2008, Nicolas Sarkozy lui remet la légion d’honneur, elle devient la première femme vice-présidente des Relais & Châteaux et en 2015, elle reçoit le Trophée de la « Femme en Or » dans la catégorie « Entreprise».

A la direction ; Ahlame Buisard

Pour la seconder dans le développement du groupe Bernard Loiseau, qui outre le Relais Bernard Loiseau (un Hotel 5*, le restaurant La Côte d’Or 2**, le restaurant Loiseau des sens, une salle de séminaire et un Spa) à Saulieu, comptabilise Loiseau des Ducs 1* Michelin à Dijon et la Part des Anges, mais aussi Loiseau des Vignes 1* Michelin à Beaune, et Loiseau Rive Gauche à Paris, 1* Michelin, Dominique Loiseau  peut compter sur sa directrice Ahlame Buisard. Diplômée de BSB de Dijon et d’un MBA, elle rejoint le groupe en 2005, d’abord en tant que contrôleur financier, puis en tant que directrice. Elle fut en charge notamment sur le suivi des travaux et de la conception de de la Villa Loiseau des Sens, avec Dominique Loiseau.

Dominique Loiseau, présidente et Ahlame Buisard, directrice générale du groupe Bernard Loiseau

Femme de conviction, Ahlame Buisard  est administratrice et membre du bureau du MEDEF Côte-d’Or, administratrice à l’AIST 21, élue à la CCI et conseillère municipale à Arnay-le-Duc. « Toutes ces responsabilités me permettent d’être plus visionnaire et de défendre les intérêts des petites entreprises, en faisant entendre notre voix », précise Ahlame Buisard.

Aujourd’hui, 150 personnes travaillent sous sa direction.

A la Communication : Bérangère Loiseau

Après un baccalauréat littéraire, Bérangère Loiseau, fille aînée de Dominique et Bernard Loiseau, obtient une maîtrise de gestion à l’ISG Paris en 2011. Pour mieux appréhender l’univers Loiseau, elle obtient aussi un CAP cuisine en 2012

Responsable communication et promotion, les médias et les réseaux sociaux n’ont aucun secret pour elle. « Les valeurs Bernard Loiseau, c’est l’humain. Toutes ces valeurs de générosité, de don de soi, de respect du produit, de sensibilité par rapport au travail de l’artisan, je les ai vécues au jour le jour, car papa ne parlait que de ça. Alors forcément, j’en suis imprégnée. »

Bérangère Loiseau est dans le palmarès des « vingtenaires 2017 » qui comptent dans la la gastronomie, désignée par le site atabula

Blanche Loiseau en cuisine

La cadette vient de faire la couverture d’un nouveau magazine gastronomique à Saulieu. Depuis son enfance, elle parcourt le monde, accompagnant sa maman lors des congrès des associations internationales, puis aujourd’hui en cuisine.

Entrée à l’Institut Paul Bocuse (Ecully), en section « Arts culinaires et management de la restauration », promotion 2013-2016, passée par Loiseau des Ducs, Lasserre, ou l’auberge de la Fenière, elle s’apprête à vivre une nouvelle expérience culinaire au Japon, où pendant une année, elle découvrira trois univers gastronomiques.

 » Je sais que je reviendrai en cuisine à la Cote d’or, c’est une finalité », affirme-t-elle.

Blanche Loiseau fait la Une du magazine « Bourgogne; Terroir à croquer » juillet 2019

Une équipe

 

PASCAL ABERNOT ; DIRECTEUR DU RELAIS BERNARD LOISEAU

Maitre d’hôtel au Domaine des Hauts de Loire, en 2000, il rencontre Bernard Loiseau à La Côte d’Or, où il reste 4 années, avant de prendre la direction du restaurant d’Alain Chapel à Mionnay pendant 2 ans.

En 2006, il est de retour à Saulieu où il prend la direction du Relais Bernard Loiseau.

 

ÉRIC GOETTELMAN ; CHEF-SOMMELIER EXECUTIF DU GROUPE BERNARD LOISEAU, MOF SOMMELIER

Elu « Meilleur Sommelier de Bourgogne » en 2004, 2006 et 2008, désigné Sommelier de l’année » par le magazine Le Chef en 2006, en 2010, il est élu « Sommelier de l’année » par le Guide Champérard, et aux trophées de la gastronomie en 2016. Il se voit attribuer  le « ASI International Gold Certification » en 2018.

Enfin, c’est la consécration il devient en 2019, l’Un des Meilleurs Ouvriers de France en sommellerie. Sommelier exécutif du goure, cet Alsacien enrichit les oenothèques des différents restaurants d’une prestigieuse carte des vins aux verres.

Eric Goettelmann fut reçu à l’Elysée par le président Emmanuel Marcon pour recevoir La médaille et le titre d’Un des Meilleurs Ouvriers de France Sommellerie

VALENTIN MEROT ; PREMIER MAÎTRE D’HÔTEL

Qualifié pour représenter la France aux Championnats du monde des Maîtres d’Hôtel 2019, à 30 ans, le jeune Valentin Merot prend le relais d’Eric Rousseau fin 2017.

Avec une solide expérience, Valentin Merot se positionne avec assurance dans ses nouvelles fonctions. Passé par le Chalet d’Adrien, en Suisse 1* Michelin, de retour à Beaune, il  double l’expérience devenant Maitre d’hôtel-sommelier à l’Hostellerie de Levernois 1* Michelin et au Fleury, puis au Restaurant Christophe Queant, à Pommard 1* Michelin. Une parenthèse d’une année en tant que Professeur de Service et Commercialisation, puis il intègre l’Ermitage de Corton à Chorey-Les-Beaune (21) pendant deux années avant de succéder à Eric Rousseau à la Cote d’or, au relais Bernard Loiseau.

Valentin Merot @JonathanThévenet

AYMERIC DEPOGNY; SECOND DE PATRICK BERTRON

Passé par la Chèvre d’or à Eze avec Fabrice Vulin, Ronan Kervarrec et Arnaud Faye (2*), au K2 Palace à Courchevel avec le chef Jean Rémy Caillon, (2*), aux sources de Caudalies (2*) avec Nicolas Masse, au restaurant le 5 à la Cluzac avec Christophe Pacheco Meilleur ouvrier de France 2011, Aymeric Depogny rejoint la brigade de Patrick Bertron au Relais Bernard Loiseau.

La Côte d’Or – Aymeric Depogny sous-chef @JonathanThévenet

AYMERIC PINARD ; CHEF PÂTISSIER DU RESTAURANT LA CÔTE D’OR

Breton comme Patrick Bertron, après une solide expérience dans sa région, dans le groupe Barrière et à Val d’Isère, il concrétise son rêve de rejoindre le Relais Bernard Loiseau.

En 2019, il fait partie des « 20 chefs pâtissiers à suivre » par le magazine L’Express et il est nominé par le magazine Le chef pour être élu pâtissier de l’année. (réponse le 23 septembre 2019)

AYMERIC PINARD CHEF PÂTISSIER DU RESTAURANT LA CÔTE D’OR

 

Une belle équipe, qui à la fois perdure et se renouvelle, conjugue stabilité et nouvelles énergies, cultive ses racines et s’ouvre à la modernité, décrochant dans toutes les disciplines des distinctions, en termes d’entrepreneuriat, salle, sommellerie, cuisine, communication, spa et soin en institut, mais aussi en termes de références, labellisé EPV « Entreprise du Patrimoine Vivant ».

 

RELAIS & CHÂTEAUX, VILLA LOISEAU DES SENS
4 avenue de la Gare
21210 SAULIEU
www.relaischateaux.com/loiseau

Lire aussi

Le restaurant 2* du Relais Bernard Loiseau devient « La Côte d’Or » (1/3)

La Villa des Sens à Saulieu : bien-être et gastronomie 3/3

LES ADRESSES 

Les adresses du groupe Bernard Loiseau, présidé par Dominique Loiseau




Le restaurant 2* du Relais Bernard Loiseau devient « La Côte d’Or » (1/3)

Le restaurant doublement étoilé du Relais Bernard Loiseau Saulieu (21) change de nom et devient « La Côte d’Or ».
Avec, toujours aux commandes de la cuisine emblématique, le chef Patrick Bertron et ses recettes inspirées de sa Bretagne natale et de sa Bourgogne d’adoption.
 » Le Relais Bernard Loiseau » demeure le nom de toute la propriété de Saulieu : l’hôtel, les deux restaurants, le spa.

le chef Patrick Bertron

En ce début d’année 2019, le restaurant Bernard Loiseau 2* de Saulieu (21), une des maisons les plus emblématiques du patrimoine gastronomique français, prend le nom de La Côte d’Or.

Chez Bernard Loiseau, il est souvent question d’innovation dans la tradition, c’est dans leur ADN. Bernard Loiseau a toujours eu un coup d’avance (liaisons à la purée de légumes, déglaçages à l’eau, épuration…), tout en demeurant férocement attaché à ses racines !

Le restaurant La Côte d’Or illustre cette innovation dans la tradition : une cuisine résolument moderne, intuitive et créative dans un lieu empreint d’histoire, et ancré dans un territoire et un terroir : le Morvan, la Côte d’Or et la Bourgogne.
L’Hostellerie La Côte d’Or était aussi le nom de cet ancien relais de poste, dont Alexandre Dumaine fit les heures de gloire dans les années 1930-1960.

queues d’écrevisses au mélilot, cocos nouveaux, pourpier sauvage

En cuisine, le chef Patrick Bertron, arrivé au Relais Bernard Loiseau en 1982, devenu second de Bernard Loiseau a pris la relève en 2003, en tant que chef.

A sa carte, des classiques de Bernard Loiseau tels les Jambonnettes de grenouilles à la purée d’ail et au jus de persil, la Pomme de ris de veau dorée à la purée de pomme de terre truffée ou le Saint-Honoré cuit minute à la crème Chiboust.

Filets de sole de petits bateaux, herbes sauvages de nos prés, sauce bonne femme

Pigeon du pays de Retz

Mais également des recettes propres au chef actuel comme les langoustines royales rôties à l’arquebuse, artichaut poivrade, les champignons du château de Corcelotte vitellus confit, cardamome verte, le homard des côtes Bretonnes, melon, ail noir, jus corsé à la tagette, ou le Barbue de petit bateau au beurre d’algue, son bœuf de Charolles A.O.P.jus au regain.

Soufflé chaud au bourgeon de cassis du chef pâtissier Aymeric Pinard

Coté sucré Aymeric Pinard fait succès avec sa Vanille intense et croustillante et poivre de Madagascar, son Chocolat grand cru du Belize et sorbet sobacha ou encore le soufflé chaud au bourgeon de cassis.

Avec son magnifique jardin et son spa, l’un des plus beaux d’Europe, Le Relais Bernard Loiseau, Hôtel Relais&Châteaux ***** est un établissement à la pointe à tous points de vue, bénéficiant notamment du label Entreprise du Patrimoine Vivant (EPV).

Dominique Loiseau dans son jardin

En été, retrouvez dans le jardin à l’anglaise qu’affectionne Dominique Loiseau, une belle collection de roses anciennes, pivoines, clématites, et un verger avec des min arbres fruitiers.

Près du vieux puit, se niche un cabanon très intimiste pour observer le lever du jour et également un coin de lecture idéal…

Restaurant La Côte d’Or
2 Rue d’Argentine
21210 Saulieu
03 80 90 53 53
www.bernard-loiseau.com

 

LIRE AUSSI 

La Côte d’or, une histoire de Femmes et d’Hommes 2/3

La Villa des Sens à Saulieu : bien-être et gastronomie 3/3




spa Loiseau des Sens @JonathanThévenet (38)

La Villa des Sens à Saulieu : bien-être et gastronomie 3/3

Au terme de 15 mois de travaux, avec 20 emplois créés et un investissement de 6 millions d’euros, le Relais Bernard Loiseau à Saulieu (21) se dote de l’un des plus beaux spas d’Europe de 1500 m², qui vient de rejoindre le cercle très fermé des spas labellisés Spa-A !

Ouvert depuis juillet 2017, la Villa Loiseau des Sens  dispose d’équipements dernier cri, offrant un Univers multisensoriel et un Univers volupté. Au dernier étage, avec une vue panoramique, le Spa privatif de 75 m2 permet d’accueillir jusqu’à 10 personnes, le temps d’une journée ou d’un week-end. Entre les deux, le restaurant Loiseau des Sens, propose une cuisine inédite sur le créneau «santé-plaisir», sous la houlette du chef japonais Shoichi ITO. La Villa des Sens (restaurant et Spa) est également ouverte aux clients de l’extérieur.

Villa Loiseau des Sens @JonathanThévenet (1)

Le magnifique bâtiment boisé, s’élève sur 4 niveaux. Le sous-sol avec les installations techniques spécifiques. Le rez-de-jardin avec les deux Univers multisensoriel et volupté. Le 1er étage avec les cabines de soin et le salon de ressourcement, ainsi que le restaurant Loiseau des Sens (45 couverts) doté de sa propre cuisine et dont la terrasse surplombe le jardin.

De manière confidentielle la toiture végétalisée accueille les ruches dont le miel récolté est proposé en boutique et servi aux clients.

Relais Bernard Loiseau vue du ciel. Vue sur le toit végétalisé et les ruches

Un projet bien inscrit dans son environnement
De la création de la chaufferie à biomasse (800 000 € investis) aux choix techniques réalisés, le Groupe Bernard Loiseau construit pour l’avenir: autonomie énergétique, filières courtes, traitement des bassins à l’ozone… C’est le cabinet d’architecture « Claude Correia » de Saulieu qui a été le maître d’oeuvre de ce bâtiment contemporain dont le bardage en douglas du Morvan et l’escalier en chêne font qu’il s’intègre parfaitement dans le jardin du Relais & Châteaux.
Ce ne sont pas moins de 20 entreprises locales et régionales qui sont intervenues sur le projet. La maîtrise d’ouvrage a été faite en interne par Dominique Loiseau et sa directrice générale Ahlame Buisard, afin de faire respecter dans le moindre détail l’esprit Bernard Loiseau.

Le Spa

Trônant magistralement un B et un L calligraphiés s’illuminent sur les murs en mosaïque précieuses.  » J’ai suivi le chantier chaque jour », souligne Dominique Loiseau.  » Non seulement j’adore le faire, mais c’est indispensable ».

L’ancienne journaliste de l’hôtellerie-restauration avait en charge la rubrique des premiers spa de France, avant de rencontrer son mari.  » Je me souviens très bien de toutes ces expériences, mes observations, l’évolution rapide des offres de spas « , constate-t-elle. Celle qui est membre des Relais & Châteaux et des Grandes Tables du Monde voyage par le biais de ses responsabilité et a pu tester de multiples expériences.  » Avec mes filles Bérangère et Blanche, nous avons mis à profit nos observations et avons conçu une proposition d’offres sur mesure pour le Relais Bernard Loiseau« .

Dans l’Univers multisensoriel, tout est pensé pour une stimulation intense et diverse des 5 sens : parcours phlébologique, banquette drainante, plage bouillonnante, aquavélos, canapé Hydronox, alcôves massantes, bassin de nage, geyser…

Spa Loiseau des Sens @JonathanThévenet

L’Univers volupté est propice à la détente et au bien-être : le sauna avec vue sur le jardin, les hammams avec leur rituel gommage associé, la douche expérientielle, la fontaine de glace, le seau cascade, sans oublier la cabane à air marin. Tout pour se ressourcer en profondeur.

Avec 10 cabines, dont une cabine duo, la Villa Loiseau des Sens propose une large gamme de soins, dont la gamme Secrets de Cassis® imaginée par Dominique Loiseau. D’autres soins ont été sélectionnés dans les gammes Decléor® pour les soins corps et visage, et Charme d’Orient® pour les rituels de gommage.
Le spa est également doté d’équipements tels que l’Hydromel®, un lit flottant pour gommages et applications d’algues et de boues ainsi que le Medyjet®, un système d’hydromassage à sec, en mains libres. Le salon de ressourcement permet de profiter des bienfaits des soins prodigués dans une ambiance empreinte de zénitude.

spa-suite VIP de la Villa Loiseau des Sens @JonathanThévenet

Belle cheminée centrale et vue imprenable de la suite-spa VIP de la Villa Loiseau des Sens @JonathanThévenet

Shoichi ITO est le chef du nouveau restaurant Loiseau des Sens

Dans le prolongement du Spa, une douce musique vous accompagne lors de votre repas. Dans cet univers boisé, feutré et cosy, aux douces tonalités chromatiques, installés sur la banquette qui s’étire dans toute la salle ou lové dans les fauteuils, le choix des mets met en exergue une cuisine santé-plaisir.

SHOICHI ITO CHEF DU RESTAURANT LOISEAU DES SENS

Imaginés par le cabinet d’architecture d’intérieure Bruno Borrione et Mariana Casagrande qui a installé des reproductions de « La Dame à Licorne », célèbre allégorie des 5 sens, en écho à la genèse du projet.

Le restaurant Loiseau des Sens se positionne sur le créneau d’une cuisine santé-plaisir et goûteuse pour préserver la gourmandise. La majorité des produits sont bio et locaux, sélectionnés chez les producteurs et éleveurs de la région. Le bar à jus, le menu végétarien ou encore la carte des vins bio réservent toutes sortes de surprises gustatives. Veggie, healthy, locavore…

la salle de Loiseau des Sens ©Sandrine Kauffer-Binz

Ancien, second de cuisine dans le restaurant étoilé Loiseau des Ducs, à Dijon, Le chef Ito Shoichi propose une tarte aux oignons confits, petits légumes de saison et purée de carotte, un maquereau mariné, chou-fleur à la fève tonka et betterave à la grecque, le Filet de merlan à la grenobloise ou encore l’omble de fontaine Bio de Crisenon et son boulgour à la menthe, navet rôti et cresson, la pièce de boeuf charolaise ou l’agneau de la ferme de Monsieur Lemoine.

Côté sucré, bien-être et santé riment aussi avec gourmandise, en atteste le Chocolat, gingembre et noisette, sa mousse de chocolat au gingembre, sablé breton cacao et zeste de citron vert.

Pintade fermière, cuisse braisée au vin rouge, roquette, polenta aux Comté et noisettes, ©Sandrine Kauffer-Binz

Chocolat, gingembre et noisette, sa mousse de chocolat au gingembre, sablé breton cacao et zeste de citron vert ©Sandrine Kauffer-Binz

RELAIS & CHÂTEAUX, VILLA LOISEAU DES SENS
4 avenue de la Gare
21210 SAULIEU
www.relaischateaux.com/loiseau

Le restaurant Loiseau des Sens est ouvert du samedi au mercredi de 12h à 14h et de 19h à 22h, fermé le jeudi et le vendredi. Menus de 35 à 65 €, hors boissons

Le restaurant Loiseau des sens est ouvert aux clients de l’extérieur

LIRE AUSSI

La Côte d’or, une histoire de Femmes et d’Hommes (2/3)

Le restaurant 2* du Relais Bernard Loiseau devient « La Côte d’Or » (1/3)

 




Loiseau Rive Gauche, 20 ans et un nouveau chef

En 2019, Loiseau Rive Gauche*, le restaurant parisien étoilé du groupe Bernard Loiseau (Paris 7ème) fête ses 20 ans.

Cet anniversaire marque aussi l’arrivée de son nouveau chef, Omar Dhiab, ancien chef des cuisines de l’Abeille**. Celui-ci fait partie de cette nouvelle génération de chefs guidés par la nature, animés par le goût du vrai. Des valeurs qui font écho à cette fameuse « patte Loiseau ».

Acquis en 1999 par Bernard et Dominique Loiseau, ce restaurant, voulu au départ comme un bistro de chef du nom de Tante Marguerite, prendra le nom de Loiseau Rive Gauche en 2016. Un an plus tard, en 2017, il acquiert sa première étoile.

Cette année est marquée de deux événements importants dans la vie de l’établissement : ses 20 ans d’existence et l’arrivée de son nouveau chef, Omar Dhiab au mois d’avril.

Un nouveau chef pour les 20 ans de Loiseau Rive Gauche*

A 28 ans, Omar Dhiab a déjà une longue et solide expérience dans le métier. Fils de cuisinier, il est depuis tout petit bercé et transporté par les odeurs, saveurs, effluves d’une cuisine « maison » réalisée par son père.

Il réalise son apprentissage à 16 ans au sein d’un grand restaurant Le Train Bleu de la Gare de Lyon, où il découvre l’organisation et le challenge d’une grande structure et apprend à perfectionner les bases de la cuisine traditionnelle.

Loiseau Rive Gauche @PhilippeSchaff

Puis, il découvre les établissements étoilés et rencontre deux chefs qui changent son regard sur la cuisine. Aux côtés du premier, Christian Le Squer au Pavillon Ledoyen***, il apprend à dépasser les bases pour libérer sa créativité, et ouvrir le champ des possibles. Puis, il passe 7 ans aux côtés de Christophe Moret, d’abord au restaurant Lasserre puis au Shangri-La, en tant que chef des cuisines du restaurant L’Abeille**. Avec lui, Omar se développe une vraie culture du cuisinier et approfondit ses connaissances et son savoir sur les produits, les saisons, les terroirs.

Un goût franc et les meilleurs produits

C’est là qu’il rencontre les petits producteurs et développe ce réseau de relations très privilégiées. Le produit prend alors la première place dans la réflexion culinaire d’Omar : la nature, et plus précisément la terre et ses légumes, guident sa réflexion et sa créativité.

En 2016, il est finaliste national du concours San Pellegrino « Young Chef ». En 2018, il termine 3ème du concours « Les chefs en or » avant d’être finaliste en octobre de la même année du concours du Prix culinaire Taittinger.

Mise en bouche Loiseau Rive Gauche @RomainHerlin

Quand il réfléchit à un nouveau plat, c’est le choix du légume qui guide sa création : il choisit le légume phare et construit le plat autour de celui-ci, comme le Navet, canard, mûres, anchois ou encore le Céleri rave, cuit à l’étouffée, jaune d’oeuf confit et beurre d’algue.

Un goût franc, le meilleur produit, dont on ne pervertit pas le goût : le credo cher à Bernard Loiseau, tout comme les sauces qui font rayonner les plats de Omar Dhiab. Il allège les grandes sauces classiques et lie ces mets grâce aux condiments.

Poussine de Bresse d’Alexandre Mazuir – Oignons des Cevennes @RomainHerlin

Loiseau Rive Gauche*
5 rue de Bourgogne
75007 Paris
01 45 51 79 42
www.bernard-loiseau.com

 




1e édition du Trophée Pro Bernard Loiseau : ouverture des inscriptions

Dans le cadre de la Foire de Dijon, la Maison Bernard Loiseau et Dijon Congrexpo organisent le 1er Trophée Pro Bernard Loiseau. Le concours culinaire, réservé aux cuisiniers professionnels en exercice aura lieu le 5 novembre 2019.

Les dossiers de candidature doivent parvenir à l’organisateur au plus tard le 30 août 2019.

Ce nouveau concours vise à mettre en lumière l’excellence de la gastronomie française, à conforter la vocation gastronomique de la foire de Dijon. Son objectif est également de permettre aux cuisiniers engagés dans la compétition de valoriser leur savoir-faire et leur créativité, mais aussi de partager leur passion.

Le jury, présidé par Patrick BERTRON, chef** La Côte d’Or à Saulieu, sera composé de chefs cuisiniers renommés et autres professionnels de la gastronomie.

Quatre prix seront attribués : meilleur commis, meilleure entrée, meilleur plat et bien entendu, un Grand Prix.

Patrick Berton présidera le Jury du 1er Trophée Pro Bernard Loiseau

Les épreuves du concours

Six candidats seront sélectionnés sur dossier. Chacun aura 5 heures pour réaliser deux plats :
– une entrée : composition de légumes de saison frais
– un plat : pièce de boeuf charolais en croûte au jus de boeuf et au poivre, accompagnée de 3 garnitures, à savoir : un tonneau de pommes de terre farci à la queue de bœuf et à la moelle, un chou vert frais et une troisième au choix du candidat.

Comment candidater ?

Le dossier de candidature est à récupérer :

La date limite de réception des dossiers est fixée au 30 août 2019.

 

Parc des Expositions et Congrès de Dijon
Centre Clemenceau
3 boulevard de Champagne – BP 67827
21078 DIJON CEDEX
Tél. : (33) 03 80 77 39 00
www.dijon-congrexpo.com




Sasha Dinoo et Sascha Kemmerer remportent le Festival Culinaire Bernard Loiseau 2019

Le Festival Culinaire Bernard Loiseau s’est tenu du 16 au 23 mars 2019 au sein des établissements Constance Belle Mare Plage & Constance Prince Maurice à l’Ile Maurice.

Sascha Kemmerer du restaurant Kilian Stuba (1* en Autriche) et son binôme mauricienne Sasha Dinoo, chef du Prince Maurice, en sont les grands gagnants grâce à leur victoire au concours principal.

Sasha Dinoo et Dominique Loiseau

Cette 14e édition du Festival Culinaire Bernard Loiseau, organisé par Constance Hotels & Resorts, s’est déroulée du 16 au 23 mars 2019 à l’Ile Maurice. Cette fois encore, l’événement a tenu toutes ses promesses avec une semaine riche en partage et en émotions.

En plus du concours de Meilleur gâteau piment de l’ile, ouvert à tous les Mauriciens, plusieurs compétitions ont eu lieu, le concours Constance Sommellerie, le concours Nespresso Café Gourmand, le concours Constance Art de la table, le concours Constance Cocktails. Sans oublier le très attendu Concours Constance Pâtisserie, Trophée Pierre Hermé – Valrhona, dont le jury est présidé par Pierre Hermé en personne.

Le chef Sasha Dinoo, du Constance Prince Maurice, et son binôme Sascha Kemmerer, chef autrichien 1* au Guide Michelin, ont remporté l’épreuve phare de cette édition.

C’est avec une grande joie et beaucoup de fierté que Sasha Dinoo a reçu son prix ce samedi, d’autant plus qu’elle est la première femme à remporter ce concours. « C’est ma quatrième participation, et c’était maintenant ou jamais. Je suis heureuse d’avoir conquis le jury; c’est le fruit d’un dur labeur. Je remercie la famille Constance encore une fois pour sa confiance en moi. »

« Comme à l’accoutumée, le Festival Culinaire Bernard Loiseau a conquis les coeurs et les palais. Nous sommes très fiers, mais surtout très heureux de voir des professionnels émérites du milieu faire le déplacement à Maurice pour participer à cette semaine culinaire, qui est devenue une référence dans le monde de la gastronomie. Cette année encore, la créativité des participants n’a eu d’égal que leur grande technicité. Je souhaite les féliciter mais surtout les remercier car ils se surpassent, édition après édition, pour innover et sublimer nos produits du terroir. Je voudrais aussi exprimer ma profonde reconnaissance envers tous ceux qui ont contribué à la réussite de ce festival culinaire, où le partage d’expériences et de connaissances a pris facilement le dessus sur l’esprit de compétition. Nous avons eu droit, encore cette année, à de belles rencontres », a déclaré Jean-Jacques Vallet, CEO de Constance Hotels & Resorts.

Les différentes prestations des participants, toutes catégories confondues, ont émerveillé les membres du jury, composé de chefs étoilés, critiques gastronomiques et experts culinaires.

Dominique Loiseau, présidente de Bernard Loiseau SA |Relais Bernard Loiseau, a été une fois de plus, agréablement surprise par les créations des participants. « Nous venons de vivre une semaine extraordinaire. En effet, j’ai pu constater cette année encore que le niveau professionnel soit monté d’un cran, qui n’est pas étonnant. Les candidats ont bien été coachés pour être les meilleurs et évidemment les retombées se font ressentir dans les prestations offertes par les hôtels du groupe Constance Hotels and Resorts. Je remercie l’incroyable organisation de ce festival unique au monde, ainsi que tous les partenaires et le jury entre autres », souligne-t-elle.

Le palmarès par catégorie

Sasha Dinoo et Sascha Kemmerer sont les vainqueurs du concours principal

Concours principal :
1er prix : Sasha Dinoo et Sascha Kemmerer, Constance Prince Maurice
2e prix : Emmanuel Fortuno et Julien Poisot, Constance Belle Mare Plage
3e prix : Sanjay Bajgain Maryline Nozahic, Constance Ephelia Seychelles

Concours du Meilleur gâteau piment : Hains Dave Gunnoo

Concours Constance Sommellerie : Dany Godère, Constance Belle Mare Plage

Concours Nespresso Café Gourmand : Brigilla Ramdally, Constance Belle Mare Plage

Concours Constance Cocktails : Sachin Samo Burthia, Constance Prince Maurice

Concours Constance Art de la table : Rodolph Mooneapillay, Constance Prince Maurice

Constance Pâtisserie « Trophée Pierre Hermé & Valrhona » : Stephane Labastide, Constance Prince Maurice

Les membres du jury du trophée Deutz et du concours culinaire

Brigilla Ramdally, entourée de quelques membres du jury dont Pierre Hermé et Mercotte, remporte le Concours Nespresso Café Gourmand

– Fabrice Rosset, PDG Champagne Deutz
– Joanna Simon, critique en vin – UK
– Serge Vieira, Chef 2 étoiles du restaurant Serge Vieira – France
– Sylvie Augereau, journaliste France Inter – France
– Jérôme Faure, Corporate Sommelier de Constance Hotels, Resorts and Golf

– Dominique Loiseau, présidente de Bernard Loiseau SA | Relais Bernard Loiseau (France)
– Patrick Bertron, talentueux héritier de « l’esprit Loiseau » |Relais Bernard Loiseau (France)
– Nick Lander, restaurateur réputé et critique de restaurants pour le Financial Times
– Kjartan Skjelde, Chef primé, animateur de télévision et juge MasterChef (Norvège)
– Jancis Robinson, journaliste et critique de vin de renom
– Heinz Winkler, 2 étoiles au Guide Michelin et également le plus jeune chef ayant reçu 3 étoiles

Parmi les membres du jury des autres concours :
– Mercotte, critique culinaire et animatrice télé
– Catherine Mounier, directrice générale adjointe de Jars France
– Eric Rousseau, ancien directeur de salle du restaurant Bernard Loiseau
– Pierre Hermé, chef pâtissier-chocolatier
– Orjan Johannessen, chef cuisinier norvégien, vainqueur des Bocuse d’Or 2015
– Quentin Bailly, champion du monde de pâtisserie 2013
– Fréderic Cassel, président d’honneur Relais Desserts

RELIRE




Portrait Eric Goettelmann Meilleur Ouvrier de France en Sommellerie

Eric Goettelmann, chef sommelier exécutif du groupe Bernard Loiseau vient d’être consacré « Un des Meilleurs Ouvriers de France » de sa classe en sommellerie, lundi 1er octobre 2018 au Château Fonscolombe à Le Puy-Sainte-Réparade (13) sous la présidence de Philippe Faure-Brac.

Le titre de MOF s’ajoute aux nombreuses distinctions d’Eric Goettelmann : « Sommelier de l’année » pour le magazine professionnel « Le Chef » en 2006, puis en 2010 pour le guide Champérard. En 2016, aux Trophées de la gastronomie à Dijon, il sera également le meilleur sommelier de l’année. En 2018 il reçoit la certification « Gold » de l’ASI (Association de la Sommellerie Internationale), la plus importante reconnaissance internationale.

Eric Goettelmann a intégré La Côte d’Or en 2000, en tant que Second de sommellerie, après avoir croisé la route de Bernard Loiseau avec lequel il rêvait de travailler. Resté fidèle à la maison, il encadre aujourd’hui les dix sommeliers des six établissements du groupe.

Cette distinction récompense l’excellence et l’expertise « sommellerie » des restaurants du groupe familial Bernard Loiseau, le développement de leurs œnothèques (créations exclusives) qui équipent leurs différents restaurants – 70 vins au verre à Loiseau des Vignes à Beaune, 40 à Saulieu et Dijon.

Réservé de prime abord, Eric Goettelmann devient intarissable dès qu’il aborde son sujet de prédilection : le vin. Aussitôt, son visage s’illumine, et il partage ses connaissances et ses coups de cœur, avec un enthousiasme toujours empreint d’humilité et de respect pour son interlocuteur.
 » J’ai la chance de faire un métier formidable, c’est une vraie passion ! Je me suis enrichi spirituellement grâce au vin. Il réunit les gens et peut fédérer par le bonheur qu’il apporte.  »

Rigoureux, il se fait un point d’honneur à ne jamais rentrer un vin qu’il n’a pas goûté. Chaque année, il arpente donc les salons et sillonne les régions viticoles à la rencontre des producteurs, avec lesquels il tisse naturellement des relations privilégiées.

La cave idéale d’Eric Goettelmann permet à des consommateurs au budget serré de déguster de grands millésimes, et de surprendre les ns connaisseurs avec des introuvables.

Créatif dans l’âme, Éric Goettelmann est aussi en charge du développement des partenariats avec des maisons bourguignonnes de renom, pour la gamme d’épicerie fine du groupe.

Le restaurant du Relais Bernard Loiseau possède l’une des plus belles caves à vins de Bourgogne ! 20.000 bouteilles, 1000 références, 40 bouteille disponible eau verre, à partir de 10€

Le groupe Bernard Loiseau revendique un véritable savoir-faire en matière de vin. Tous nos établissements sont ers d’avoir leur propre sommelier : nous proposons ainsi une expérience gustative aboutie en mariant les mets de nos chefs aux meilleurs vins possibles pour de grands moments d’émotions. Le Club Œnologie Bernard Loiseau permet aux clients des soirées œnologiques de cumuler des points pour obtenir de nombreux privilèges, à découvrir sur le site www.bernard-loiseau.com


RELAIS BERNARD LOISEAU
2 Rue d’Argentine
21210 Saulieu
03 80 90 53 53
www.bernard-loiseau.com