Julien Binz fête ses 5 ans

Video : 5 ans au coeur la brigade de Julien Binz

2015-2020, déjà 5 belles années riches de distinctions, d’intronisations, de récompenses des guides, des rencontres et événementiels gastronomiques. Retour en images sur les temps forts de la maison et l’album photos des plats réalisés. 

Restaurant Julien Binz
7 rue des Cigognes
68770 Ammerschwihr
www.restaurantjulienbinz.com




Les chefs qui font l’actualité en Alsace

Chaque jour des articles régionaux sont publiés sur le site Les Nouvelles Gastronomiques d’Alsace. Inscrivez vous à la newsletter pour ne rien manquer, rejoignez sur nous les réseaux sociaux et découvrez les chefs qui font l’actualité, les recettes, sorties de livres et événements qui pourraient vous interresser 

alsace.nouvellesgastronomiques.com




Marc Haeberlin lance les célébrations des 150 ans de la Distillerie Massenez

En Alsace, la Distillerie Massenez fête cette année ses 150 ans. Cet anniversaire sera célébré avec de nombreux ambassadeurs alsaciens, artisans des métiers de la gastronomie.
Ces partenaires historiques ont créé des recettes concoctées à partir des Eaux-de-Vie, Crèmes et Liqueurs Massenez, partagent les mêmes valeurs fondant une solide amitié.

Parmi eux, Marc Haeberlin, chef de l’Auberge de l’Ill à Illhaeusern (68).

Plusieurs générations se sont succédées mais l’amitié est restée : entre Gaby et Paul & Marc Haeberlin, entre Manou (fille de Gaby) et Marc, ou encore entre Marc et Bernard Baud & Elodie Naslin depuis le rapprochement de Massenez avec les Grandes Distilleries Peureux.

Une belle histoire qui traverse les générations entre deux familles de passionnés.

Lire la suite ICI




Loic Ballet ouvre « L’épicerie Loïc B » à Paris

Loic Ballet ou l’épicerie Loic B à Paris

Tel un tintin de la gastronomie, qui évoluerait dans une bande dessinée, le jovial et sympathique Loïc Ballet, sillonne les routes de France sur son triporteur, partant à l’aventure culinaire, réunissant artisans et producteurs, qui mettent à l’honneur ce que la France a de meilleur. Quel bonheur d’entendre conter les attraits de nos belles régions par un explorateur du goût, un voyageur des saveurs.

En juin 2020, il a ouvert son épicerie fine à Paris « l’Epicerie de Loïc B », rue Sedaine dans le 11ème. Avec son amie, Élodie Charras, ils affichent déjà une centaine de références 100% françaises, pas toutes bio mais dans le respect du terroir, du bien-être animal, sans additif, et en production raisonnée.

Loic Ballet ouvre l’épicerie Loic B à Paris ©LB

Ce qu’il aime par dessous tout c’est la convivialité, petite terrasse en devanture, comptoir en marbre rose propice à la dégustation, aux partages et à la transmission. Cette épicerie fait le lien avec toutes ses rencontres dans ses émissions, elle fait le lien entre les producteurs et le consom’acteurs engagés. Elodie et Loïc se revendiquent « Épiciers militants », ce qui signifie qu’ils achètent au juste prix aux producteurs, dans le respect de leur travail sans négocier les prix.

L’épicerie proposent « Les planches du soir » avec par exemple du Roquefort de Gabriel, des éclats de nougats des frères Silvain, le Comté du Jura des Rousses, et les et salaisons de Marion ©L.B

Revenons à la source de cette épicerie, aux racines de la formation de Loic Ballet et de ses convictions.

Un animateur engagé

Rayonnant et enjoué, tout lui plait dans son métier de journaliste. L’auteur du livre « La France des bons produits » (éditions du Chêne, 2016) aime mettre les producteurs sous les projecteurs et soutenir ceux qui œuvrent pour le terroir, le goût, et le bien manger.

« Nous avons dépassé les 350 émissions du Triporteur » s’exclame Loïc Ballet. « Cette émission a vraiment du sens, j’ai l’opportunité de soutenir les producteurs et le savoir-faire des artisans. Au mois de juin 2020, j’ai ouvert à Paris, « L’Épicerie Loïc B », où chaque producteur que j’ai rencontré peut commercialiser ses produits. Je leur offre une vitrine dans la capitale, et ce sera une opportunité pour les Franciliens d’accéder aux meilleurs produits de nos régions », se réjouit Loïc Ballet. « L’Épicerie de Loïc B » n’est pas la finalité d’un engagement, mais la continuité de ses convictions, enrichies par sa collaboration avec le Collège Culinaire de France depuis 4 ans, et avec les Logis de France pour promouvoir l’hôtellerie indépendante, identitaire et familiale. « Grâce à mon métier, j’ai la chance d’aller sur le terrain à la rencontre de l’humain, avec des échanges et du partage », mentionne celui qui gère LB Productions.

Sa rencontre avec Jean-Pierre Coffe en 2008, son « mentor » a été décisive. Chroniqueur gastronome sur France Inter, avec l’homme aux lunettes rondes dans l’émission « Ça se bouffe pas, ça se mange », Loïc apprend à « transmettre et appeler à la vigilance sur sa consommation. » Il collabore avec François Pêcheux, Julie Andrieu et Laurent Boyer avant que William Leymergie le contacte alors qu’il n’a que 25 ans.

Loic Ballet ©Sandrine Kauffer-Binz

En 2010, le voilà sur le petit écran dans l’émission « C’est au programme » avec Sophie Davant, puis Télématin, aux commandes du triporteur. L’émission gourmande est une aubaine, car d’aussi loin qu’il s’en souvienne, bercé par les tendres recettes de son enfance, Loïc Ballet a toujours été gourmet / gourmand. « Chez nous, c’était la grande messe à table » s’amuse-t-il. « On restait des heures autour d’un repas à déguster des râpés de pommes de terre, un pâté bourbonnais, (pommes de terre + crème). J’aime la cuisine au beurre, réconfortante et régressive. Je me souviens des recettes que me faisait ma nourrice que j’appelais Mamie Thérèse, une belle tarte à la moutarde et une délicieuse mousse au chocolat . »

Triporteur, les coulisses d’une émission

Son rêve, c’était le petit écran. Après avoir étudié l’histoire des Arts, puis avoir terminé l’École Supérieure de Journalisme de Lille, il apprend le b.a.-ba du métier à sa majorité, sur une chaîne de télévision locale (TL7) dans la Loire. Il intègre ensuite France 3, un tremplin. Mais avant cela, à 8 ans, il avait déjà été repéré par une troupe professionnelle pour monter sur scène. « Le théâtre m’a appris à placer ma voix, étudier ma posture et mes déplacements. Quand nous tournons face à un public, on peut jouer l’animation. »

La régie de Télématin ©Sandrine Kauffer-Binz

En novembre dernier, Loïc Ballet s’est promené dans les rues d’Ammerschwihr sur son triporteur, avant de cuisiner avec Julien Binz une choucroute revisitée. « Je rencontrais souvent Julien à Paris, sur des événements avec des chefs et Christine Ferber m’avait parlé de sa cuisine. Alors j’avais envie de venir le découvrir », précise l’animateur. « Quand nous tournons une émission, j’aime venir la veille et j’essaie d’organiser un moment privilégié avec le chef et l’artisan, pour m’imprégner de leurs valeurs et de leur univers. Je me nourris de cette rencontre pour donner le ton de l’émission. »

« Il faut toute une journée de tournage pour réaliser une émission d’environ 5 minutes », mentionne Loïc Ballet venu avec son équipe. « Sans oublier en amont les préparations, caler les rendez-vous et recettes, et bien sûr le montage et la post-production. Le travail en coulisse prend sa pleine mesure en découvrant les « rush » (les images filmées) dont moins de 10% seront exploités au montage. En résumé, 8 heures de tournage, 2 heures d’images pour une chronique de 5 minutes. « C’est un peu frustrant, on voudrait toujours faire plus, mais ce sont les formats d’antenne. Deux heures ne sont pas de trop pour filmer une recette et parler du produit et de son territoire. Comme au cinéma, il peut y avoir trois ou quatre prises pour une même scène. En effet, un micro qui frotte au vêtement, une voiture qui passe, un téléphone qui sonne, une lumière qui décline, la pluie qui surgit, et on refait la scène. Vers 14h on traverse toute l’Alsace pour le second invité, l’artisan brasseur et on en profite pour délocaliser son bureau, viser ses mails, remplir son agenda, et publier sur les réseaux sociaux. Le saviez-vous ? Le triporteur voyage dans une fourgonnette, avec son chauffeur-réparateur privé. »

Tournage avec Julien Binz en Alsace ©Sandrine Kauffer-Binz

Une fois que « c’est dans la boite », direction Paris, pour monter en studio. Il y a un travail de visionnage avec une sélection des images que l’on garde, de celles que l’on coupe et l’histoire se construit au rythme des sons. Puis, c’est le jour J de l’émission. Loïc Ballet arrive dès 7h30 à France Télévision, esplanade Henri-de-France, pour un passage en direct vers 9h. Maquillage, derniers réglages, concentration et mise en scène de panier-produits pour 8 minutes d’antenne en direct. L’ambiance est détendue sur ce vaste plateau de TV, tandis qu’en régie, une dizaine de personnes veillent au bon déroulé, sous la direction du chef d’antenne.
Les techniciens incrustent par exemple des « synthés » (sous-titres, nom des invités), logos, diffusent la publicité, ou des jingles. Ils observent une pléthore de postes allumés, conducteur à la main. En effet, le programme est diffusé dans un timing respecté à la seconde près.

En direct sur le plateau de Télématin ©Sandrine Kauffer-Binz

J’aime l’Alsace, ses gens et sa gastronomie

« Je découvre la Route des Vins, les marchés de Noël, notamment celui d’Obernai chez mes amis Nicolas et Serge de la Fourchette des Ducs, les belles winstubs avec leurs boiseries et plats du terroir. L’Alsace est une carte postale gourmande ». Parmi ses mets préférés, il cite volontiers une belle tarte flambée forestière, les dampfnudel, un baeckeoffe aux 3 viandes, les rognons et foie de veau, un gewurztraminer VT. Le kouglof glacé de Christine Ferber, le pain d’épice de Mireille Oster ou un baba au rhum le feront complètement craquer. Impressionné par les caves des Hospices Civils de Strasbourg, il serait ravi d’y organiser un repas caritatif. « Cet endroit est magnifique et inspirant », s’exclame-t-il. « Je me souviens aussi d’une dégustation chocolat et vin au domaine Freyburger à Ammerschwihr. Son premier tournage en Alsace était chez Hubert Maetz, lors d’un déjeuner en cuisine où il a rencontré Émile Jung. « Parmi mes belles découvertes, « La Rochette » à Labaroche. J’avais casté la famille Lanoix pour un tournage au sujet des Logis. C’est une entreprise familiale, dont le restaurant est «table distinguée ».

Mais si il y a une histoire qu’il aime conter, c’est lorsque le triporteur « s’est jeté » à l’eau, dans l’Ill précisément, depuis les berges d’une célèbre auberge.
« Je revois très bien la scène », raconte Loïc Ballet tout sourire. « Marco Baumann conduisait la barque qui promenait le triporteur. Le transfert sur les berges avec la complicité de Marc Haeberlin, ayant malencontreusement échoué, le triporteur, pesant une cinquantaine de kilos, tombe à l’eau », s’amuse Loïc qui revoit encore l’expression atterrée de « parrain » (ndlr Jean-Pierre Haeberlin), assistant impuissant à la scène. Cette anecdote fait partie des souvenirs qu’il aime se remémorer, des instants précieux, des rencontres et des moments partagés, faisant rimer émotion, convivialité et gastronomie.

Laurent Bignolas, Sandrine Kauffer et Loïc Ballet sur le plateau de Télématin/France 2

Par Sandrine Kauffer-Binz

Crédit photos ©Sandrine Kauffer-Binz et L.B

L’épicerie de Loïc. B


7 Rue Sedaine
75011 Paris

+ d’infos sur loicballet.com




18 juin 2020 réouverture de l’auberge de l’Ill – Haeberlin

18 juin 2020, L’auberge de l’Ill à Illhaeusern réouvre avec trois nouveautés.  « Les clients vont retrouver l’auberge telle qu’ils l’apprécient, nous y avons veillé », explique la famille Haeberlin « Ils retrouveront les équipes, les plats emblématiques et signatures de la maison. Nous avons ajouté deux offres nouvelles et éphémères (jusqu’au au 30 septembre 2020) ; « La Table sur-mesure Haeberlin », à réserver en exclusivité dans la salle du Pigeonnier et « Les Bords de l’Ill » sur la terrasse de l’Hôtel des Berges. Marc Haeberlin en a également profité pour faire des essais et rajouter sur sa carte un nouveau menu dégustation tout végétal (sans poisson et sans viande).

LIRE LA SUITE EN CLIQUANT ICI 

A Gauche, Danielle Baumann-Haeberlin et l’équipe de réception

Carte sans contact et gel hydroalcoolique individuel et personnalisé




Webinar Gault et Millau ré-ouverture avec Olivier Nasti, Serge Schaal et Sylvie Grucker

De l’ouverture des restaurants au protocole sanitaire, des hôtels impactés économiquement à la clientèle touristique, du HUB gastronomique à la flexibilité en passant par la convivialité et la formation des équipes, comment les hôteliers-restaurateurs se sont adaptés ?

Jacques Bally Président du Gault & Millau et Marc Esquerré, le directeur des guides invitent Olivier Nasti, Serge Schaal et Sylvie Grucker à débattre sur la ré-ouverture des restaurants en Alsace, zone particulièrement touchée,  cluster du covid.

L’Alsace est une carte postale avec sa route des vins, ses cigognes, ses villages pittoresques, ses maisons à colombages, les winstub, et leurs plats du terroir généreux, comme la choucroute garnie ou les tartes flambées à partager. Les fêtes du vins et les marché de Noel attirent en nombre les touristes, tout comme les belles tables et chefs renommés, qui font de la région une destination prisée pour sa gastronomie. Mais, depuis quelques mois ce petit coin de paradis du bien boire et du bien manger a subi de plein fouet la crise du covid.

Quid de la ré-ouverture autorisée le 2 juin 2020 ? Dans quelles conditions ?Revoir le débat en direct du mercredi 3 juin à 14h30, en partenariat avec Les Nouvelles Gastronomiques et pour la première fois se rend en région, en Alsace.

 

Après Akrame Benallal, David Toutain, Marc Veyrat, Pierre Gagnaire, Stéphane Manigold, Julien Duboue, Juan Arbelaez ou encore Amandine Chaignot, rendez-vous en Alsace à quelques heures de la ré-ouverture.
Qui ouvre quand ? comment ? et pourquoi ?

Pour débattre et témoigner 3 personnalités alsaciennes, Sylvie Grucker, Le Pressoir de Bacchus à Blienschwiller, Serge Schaal de la Fourchette des Ducs à Obernai et Olivier Nasti, Le Chambard à Kaysersberg.

 

REVOIR TOUS LES WEBINARS EN CLIQUANT ICI




Loic Ballet et Julien Binz dans Télématin

Retrouvez Loic Ballet en Alsace chez Julien Binz

« Je rencontrais souvent Julien à Paris dans des événements avec des chefs et Christine Ferber  m’avait parlé de sa cuisine, alors j’avais envie de venir le découvrir », précise Loic Ballet

Dans l’émission télématin, diffusée sur France 2 le samedi 14 décembre 2019 Julien Binz a proposé sa version revisitée et contemporaine de la choucroute végétale. « Toutes les saveurs et tous les marqueurs de la choucroute sont présents ».

 

Plus d’infos restaurantjulienbinz.com

RELIRE

Loic Ballet, « La France des Bons produits » 

Loic Ballet un dîner de Gala au profit de l’association Naevus 2000

Recette de la choucroute végétale de Julien Binz




Michel Roth et Julien Binz un 4 mains synonyme de partage et de transmission

Michel Roth, Chef du Ritz-Paris pendant vingt ans et qui, aujourd’hui officie en tant que Chef Exécutif à l’hôtel Président Wilson à Genève en Suisse, (décrochant en 2013, une étoile Michelin restaurant BayView) est venu une journée à Ammerschwihr,(en Alsace) pour préparer avec Julien Binz, 1* Michelin et Maitre Cuisinier de France, un dîner exceptionnel à quatre mains.

Le chef Lorrain est venu en « voisin » partager son savoir-faire avec la brigade du restaurant Julien Binz, le jeudi 21 novembre 2019.

 

«Je suis aussi venu par amitié pour Sandrine Kauffer-Binz, qui fête cette année les 10 ans des Nouvelles Gastronomiques, je lui avais promis que je serai là », souligne Michel Roth. « Je suis très attaché à la région. Originaire de Sarreguemines, je suis souvent venu en Alsace, petit avec mes parents, on faisait la route du vin le week-end. Et puis même si mes passages ont été brefs, au début de ma carrière, j’ai travaillé au Crocodile à Strasbourg et à l’auberge de l’Ill à Illhaeusern.

Sandrine Kauffer-Binz, Julien Binz et Michel Roth ©Aline Gérard

Sandrine Kauffer-Binz, Julien Binz et Michel Roth ©Aline Gérard

Michel Roth et l’un des chefs les plus titrés de France.

1991 est son plus grand millésime parce qu’il a réalisé l’exploit de remporter la même année le Bocuse d’or et le titre d’Un des Meilleurs Ouvriers de France, mais il avait déjà à ce moment-là à son palmarès, le  titre de MAF, le prix Escoffier et le Taittinger.

Le chef, par ailleurs, co-président des Eurotoques et vice-président du MOF cuisine (Avec Jacques Maximin et Alain Ducasse) créateur du trophée Cristal Roth, met avant tout en exergue les finalités d’un quatre mains.

Au-delà d’un moment de partage et de convivialité, qui réunit deux professionnels, un 4 mains c’est également un moment de transmission et de formation pour la brigade qui accueille un chef invité.

Le temps d’une soirée, deux nouveaux plats sont à intégrer dans un temps record; mise en place, produits, dressage, la nouveauté peut parfois déstabiliser. Apprentis, commis et chefs de partie, doivent  faire preuve de sang-froid, d’écoute et de concentration, pour répondre aux nouvelles exigences. Mais le défi est de taille, le stress positif se transforme en une émulation collective.

La rencontre de deux univers culinaires

 

« C’est avant tout un travail d’équipe à quatre mains. La rencontre humaine et professionnelle apporte beaucoup aux cuisiniers, on échange sur le produit, la manière de le travailler, les spécialités de la région, il y a une découverte mutuelle des techniques et des recettes. C’est un partage, on apprend tous les jours, il faut chaque jour se remettre en question, faire preuve d’ouverture d’esprit et de curiosité. La cuisine est toujours en évolution », souligne Michel Roth.

JUlien Binz et Michel Roth dans la cuisine du restaurant Julien Binz à Ammerschwihr

Julien Binz et Michel Roth dans la cuisine du restaurant Julien Binz à Ammerschwihr

« Le travail commence par telephone, quelques semaines avant, j’ai envoyé mes recettes par e-mail. Julien m’a dit : « C’est toi l’invité, tu décides de ce que tu veux faire ». J’ai choisi une recette de coquilles Saint-Jacques que j’avais créée sur ma dernière carte du Ritz et que j’ai reprise au restaurant BayView, en faisant évoluer le dressage et la garniture pour l’adapter à la soirée et à la saison en ajoutant de la truffe blanche. Puis, j’adore travailler le homard, c’est un de mes nouveaux plats. »

Julien Binz a travaillé le boeuf Wagyu lors du dîner à 4 mains

« J’ai apprécié de travailler aux côtés de Julien, Il respecte sa brigade et son terroir. Il est intègre, il allie une bonne technique avec la modernité et une touche de fraîcheur qu’on ne trouve pas ailleurs. J’aime les gens qui sont purs, qui restent à leur place et qui innovent. »

 » Michel Roth est un exemple pour la profession », rajoute Julien Binz.  » Il a une aura incroyable. J’ai toujours été impressionné par l’Homme et le cuisinier. Quand on reçoit un chef sur un exercice à 4 mains, on se met à son service pour réussir ses recettes comme si il était dans sa cuisine, avec son matériel et sa brigade. On sort des sentiers battus et on se remet en question, on observe sa brigade et ses réactions, quelle est sa capacité d’adaptation et de réaction. »

« On améliore sa communication inter-personnelle », poursuit Julien Binz, « et sa capacité à transmettre. Avec Michel, nous avons une vision commune de la cuisine, nous travaillons dans le même esprit. Michel Roth représente un modèle pour les jeunes, un exemple de savoir-être et l’excellence dans le savoir-faire. »

Debrief avec la salle pour l'explication des plats de Michel Roth

Debrief avec la salle pour l’explication des plats de Michel Roth

 

La transmission

 

Toute la journée, Michel Roth a travaillé avec une brigade qui ne connaissait pas ses recettes. Rien de déstabilisant pour lui, sachant quand dans de nombreux concours, le commis (duo) est tiré au sort le jour des épreuves. Le Meilleur Ouvrier de France a fait preuve de pédagogie, dispensant ses gestes techniques précis et transmettant son savoir.

« Pour les jeunes, cette expérience est un enrichissement formidable et une expérience inoubliable », convient Michel Roth.  « Je me souviens de l’effet de la venue qu’un grand chef me procurait plus jeune, j’imagine très bien ce qu’ils ressentent. »

Michel Roth avec Carole Knoll (apprentie) et Nicolas Meyer (commis)

Michel Roth avec Carole Knoll (apprentie) et Nicolas Meyer (commis)

« C’est un devoir de transmettre son savoir-faire, de motiver les jeunes, de leur apporter cette passion, de créer l’émulation. À la fin de la journée, ils sont contents d’eux-mêmes, ça reste des moments importants, auxquels on pense quand c’est plus difficile, ça les conforte dans leur choix d’un travail exigeant, on est le lien d’un métier fabuleux. On se doit de les aider et de les encourager, c’est pour ça que je viens dans les maisons, pour faire grandir la flamme ».

 

LE MENU

 

Poêlée de cèpes de nos forêts,Siphon pommes de terre, émulsion de cèpes

Carpaccio de Saint-Jacques, Crémeux Dubarry au Tartuffon

Homard bleu rôti orange-cardamome, Pétales de litchi et fenouil caramélisé

Faux-filet Wagyu rôti, Légumes d’un pot-au-feu, bouillon de bœuf coco-raifort

Pommes caramélisées, Arlettes croustillantes, crémeux diplomate, Glace crème brûlée

VOIR TOUTES LES PHOTOS EN CLIQUANT SUR CE LIEN 

VOIR LA RECETTE du Faux filet Wagyu grillé, Bouillon de bœuf coco/raifort d’Alsace

 

 

Par Sandrine Kauffer-Binz

crédit photo ©Aline Gérard

 

Restaurant Julien Binz

7 rue des Cigognes

68770 Ammerschwihr

restaurantjulienbinz.com

 

 

 




Championnat du Monde du Lièvre à la Royale 2019 : Mathieu Silvestre remporte le titre

La 4ème édition du Championnat du Monde du Lièvre à la Royale avait lieu le samedi 26 octobre 2019 à Romorantin-Lanthenay (41).

Mathieu Silvestre du Chambard, la Table d’Olivier Nasti** (Alsace) est le grand vainqueur de cette édition.

Romain Schaller, Sodexo Prestige et Maxime Vaillant du restaurant Le Gabriel** terminent respectivement sur la deuxième et troisième marche du podium.

Assiette Vainqueur 2019_Mathieu Silvestre_Lievre à la royale Sauce. Crédit Julie Limont

L’excellence, la rigueur et la concentration étaient au rendez-vous pour les 9 candidats qui ont présenté leur interprétation de ce plat mythique :

  • Maxime Vaillant (Le Gabriel** Paris 8ème),
  • Fabien Raux (Restaurant le 1741*, Strasbourg),
  • Adrien Delcourt (Le Jules Verne, Paris 7ème),
  • Vincent Raimbault (L’oiseau Blanc Peninsula, Paris 16ème),
  • Yoshitaka Takayanagi (La Scène Thélème*, Paris 17ème),
  • Mickaël Féval (Restaurant Mickaël Féval, Aix-en-Provence),
  • Mathieu Silvestre (La Table d’Olivier Nasti**, Kaysersberg),
  • Albert Boronat i Miro (Ambassade de Llivia, Espagne),
  • Romain Schaller (Sodexo Prestige)

Jury 2019_Crédit Julie Limont

Le jury

Plusieurs chefs étoilés et Meilleurs Ouvriers de France composaient le jury de cette édition 2019 : David Bizet (Taillevent*, Paris 8ème), Christophe Pelé (Le Clarence**, Paris 8ème), Gérard Besson (MOF), Cédric Duthielleul (Le Griffonnier, Paris 8ème), Stéphane Buron (MOF, Le Chabichou**, Courchevel), Michel Craca (L’Antre Amis, Paris 15ème), Gilles Marchal (Pâtissier) et Eric Robert (MOF).

Podium_Candidats et Jury 2019_Crédit Julie Limont

Le concours a été créé en 2016 par le chef Thomas Boullault en hommage à sa Sologne natale, mais surtout à une tradition de la gastronomie française à l’occasion des Journées Gastronomiques de Sologne.

Cette compétition met en lumière un plat emblématique de notre terroir mêlant subtilité et puissance. Un plat qui vit depuis près de 300 ans dans les cuisines de nos chefs.

Assiette Lièvre_Romain Schaller_Crédit Julie Limont

Assiette Lièvre_Maxime Vaillant Crédit Julie Limont




QUINTIN : Festival de la Gastronomie 2019

La 7ème édition du Festival de la Gastronomie de Quintin, parrainée par Jean-Paul Abadie, ancien chef doublement étoilé de L’Amphitryon à Lorient (56), se tiendra les 1 et 2 Juin 2019 à Quintin (22), petite cité de caractère dans les Côtes d’Armor. Le grand public pourra aller à la rencontre des chefs bretons et des professionnels de la gastronomie au travers de démonstrations et d’ateliers culinaires, de trois concours de cuisine et pâtisserie, sans oublier le marché des producteurs et artisans. Pour le plaisir des papilles, deux repas gastronomiques d’exception, sont proposés (sur réservation) le samedi soir et le dimanche midi. Cette année, la région Alsace sera l’invitée d’honneur du festival avec la Fédération des Chefs d’Alsace.

Pause Photo – Emmanuelle Rodrigue

Ouvert au grand public, le Festival de la Gastronomie de Quintin, animé par le conteur et écrivain Lucien Gourong, accueille cette année 30 Chefs cuisiniers et pâtissiers de renom, certains étoilés Michelin, d’autres Meilleurs Ouvriers de France (MOF), pour vous faire vivre le temps d’un week-end des moments gastronomiques inoubliables.

Programme des 2 jours : Samedi 1 et Dimanche 2 juin 2019

30 chefs invités
2 repas gastronomiques, samedi soir et dimanche midi (sur réservation)
6 ateliers culinaires, (sur réservation)
3 concours de cuisine et pâtisserie
12 démonstrations de chefs
2 café-débat gourmands animés par Lucien Gourong
1 marché de producteurs et artisans
1 « cantine des chefs » proposant des plats gastronomiques en bocaux le midi
1 bar à vin et 1 bistrot
1 expo photo, Emmanuelle Rodrigue

Billetterie à partir du 27 avril 2019Trois Concours en 2019

Cette année le Festival de la Gastronomie de Quintin organise 3 concours :

– Concours Amateurs
Samedi 1er Juin de 14h à 17h15
6 candidats
Thème : l’artichaut et le coquillage
Inscription avant le 15 mai 2019 sur https://sites.google.com/view/fdlgquintin/concours/concours-amateur

– Concours Pro – Hommage à Joël Robuchon présidé par Frédéric Simonin, Chef étoilé et MOF 2018 à Paris (75)
Samedi 1 Juin de 8h30 à 12h15
6 candidats en formation (Terminale Bac Pro, Terminale CAP, Mention complémentaire, 1ère année BTS, 1ère année BP)
Thème : un plat et un dessert extrait du grand livre de Joël Robuchon (Ed. Ducasse 2010)
– Une tourtière d’agneau aux aubergines, courgettes et tomates
– Crêpes soufflées au citron vert et coulis framboise
Inscription avant le 30 avril 2019 sur https://sites.google.com/view/fdlgquintin/concours/concours-pro

– Concours Pâtisserie – Trophée Émotion présidé par Yann Couvreur, Pâtissier à Paris (75)
En collaboration avec Pier-Marie Le Moigno
Dimanche 2 juin de 8h à 12h15
6 candidats en formation professionnelle
Inscription avant le 30 avril 2019 sur https://sites.google.com/view/fdlgquintin/concours/trophee-emotion

Plus d’informations sur https://sites.google.com/view/fdlgquintin/

Festival de la GASTRONOMIE
Place de la Mairie
22800 QUINTIN
02 96 74 99 75 / 06 30 24 78 86