Pour la 27e édition du concours Un des Meilleurs Ouvriers de France, le Comité d’organisation a souhaité revoir les modalités son action dans le but d’offrir davantage d’équité et de renforcer l’égalité des chances.

Les salariés pourront ainsi bénéficier de financements et activer leur Compte Personnel de Formation. Les budgets des concours seront limités, de même que le temps d’exécution. Les candidats assureront eux-mêmes la défense de leur projet il ne sera plus possible d’être à la fois juge et partie.

La 26ème session, était celle de la transition vers toujours plus de rigueur, permettant au COET MOF de formaliser les nouvelles dispositions de son action. Un travail qui pourrait se résumer en ces quelques mots : égalité des chances, éthique et accompagnement.

Si la mission du concours reste inchangée, à savoir révéler les talents, futurs ambassadeurs de la réussite par la voie professionnelle, les réformes engagées visent à convaincre les derniers indécis de s’inscrire pour cette prochaine édition du concours.

Ouverture au plus grand nombre

Comme que le souligne Jean-Luc Chabanne, secrétaire général du COET MOF, les chefs d’entreprise ou artisans, plus libres de la gestion de leur emploi du temps et disposant de financements plus importants qu’un salarié, pouvaient s’inscrire plus facilement au concours.

Ainsi, le COET MOF souhaite permettre aux salariés d’accéder à des fonds de financement. De plus, la réforme de l’apprentissage leur permet d’activer leur compte personnel de formation (CPF) pour bénéficier du temps nécessaire à l’épreuve du concours, le titre de MOF étant inscrit au répertoire national des certifications professionnelles.

Le COET MOF s’appuiera également davantage sur les professionnels de la branche : « S’engager à passer le concours ne doit pas condamner le candidat à des investissements financiers et de temps qui puissent mettre sa famille, son activité professionnelle ou sa vie personnelle en danger », rappelle Christian Forestier président du COET-MOF. Mettant un terme aux sujets chronophages, coûteux et déconnectés de la réalité de l’entreprise.

Désormais, les sujets rédigés par les branches professionnelles, plus proches de la réalité économique, professionnelle et sociale, auront un budget maximal de 5 000 € et un temps d’exécution de 450 heures de travail. 

Déontologie et transparence

Autre nouveauté : tous les candidats devront être présents pour défendre leur projet et mettre en situation leur savoir-faire devant le jury. L’anonymat ne sera donc plus de mise, obligeant une déontologie accrue pour éviter tout conflit d’intérêt.

Il sera donc désormais interdit d’être à la fois membre du jury d’évaluation et de la commission des choix des sujets. Aucun candidat ne devra être issu de la famille ou de l’entreprise d’un membre du jury, ni avoir été formé par l’un d’entre eux.

Un accompagnement renforcé pour les candidats

Le COET souhaite poursuivre son engagement auprès des candidats au-delà du temps du seul concours. Car il estime que le talent a besoin de mûrir, qu’acquérir et maîtriser un savoir-faire demande du temps. Une première participation peut aussi être l’occasion de se tester, de se positionner par rapport aux autres candidats.

Ouverture des inscriptions

Les inscriptions au 27e concours Un des Meilleurs Ouvriers de France seront enregistrées jusqu’au 17 janvier 2020.

Toute personne âgée de 23 ans minimum à la date de fin des inscriptions peut participer, seule ou en équipe.

Les inscriptions se font directement depuis la page dédiée du site internet.

Calendrier des épreuves

Épreuves qualificatives : de septembre 2020 à janvier 2021

Épreuves de l’œuvre finale : entre septembre 2021 et le 31 décembre 2021

Remise des titres : première semaine de février 2022

L’équipe du comité d’organisation du concours Un des Meilleurs Ouvriers de France – COET-MOF

61-65 rue Dutot

75732 PARIS CEDEX 15

Tél. 01 55 55 98 49

www.meilleursouvriersdefrance.org